Cinq tortues victimes de collision en moins de deux mois à Moorea

En octobre 2022, Here a rejoint le Centre de soins à son tour. Elle présentait une plaie profonde et sanglante au niveau de la carapace laissant apparaître certains organes internes dont notamment ses poumons. (Photo : Te mana o te moana)

En septembre 2022, 2 tortues vertes ont été accueillies au centre de soins des tortues marines de Te mana o te moana à Moorea. Tout d’abord, Hélice, une tortue verte sub-adulte a rejoint le centre après son décès suite à une blessure mortelle d’une hélice de bateau. Hélice avait été aperçue en vie par des prestataires mais n’avait malheureusement pas pu être immédiatement récupérée. Au vu de ce qui restait de son corps suite à une prédation naturelle post-mortem, la collision évidente avec l’hélice d’un bateau a été confirmée.

En septembre également, Yo, une tortue verte sub-adulte a été retrouvée morte sur la plage de Paopao à Moorea avec une plaie profonde à la carapace. Compte tenu de la blessure, une collision par bateau laisse peu de doutes.

En octobre 2022, Here a rejoint le centre de soins à son tour. Elle présentait une plaie profonde et sanglante au niveau de la carapace laissant apparaître certains organes internes dont notamment ses poumons. Là encore, au vu du type de blessure, la collision avec un bateau est l’hypothèse la plus probable. Ce même mois, Lilly a rejoint nos pensionnaires après avoir été récupérée par le club de plongée Nemoz avec un enfoncement de la carapace situé au niveau de la 4ème écaille vertébrale. L’enfoncement là encore est typique d’un cas de collision.

Pour finir, au début du mois de novembre, Jo Iti a rejoint les pensionnaires suite à une blessure à la carapace ressemblant une fois de plus à un enfoncement dû à une collision.

Cette succession d’individus retrouvés blessés ou morts dans le lagon de Moorea laisse entrevoir un lien évident entre la présence croissante de ses individus dans le lagon de Moorea et une vitesse excessive observée et reportée à plusieurs reprises, pourtant limitée à 5 nœuds.

Te, mana o te moana tient à rappeler à tous que la vitesse est un facteur important dans les cas de collision de tortue marine avec les bateaux et qu’il est donc essentiel de respecter la réglementation en vigueur.