Balance commerciale. On exporte plus… on importe encore plus

(Illustration : ISPF)

L’institut de la statistique en Polynésie française a publié vendredi 23 décembre sa dernière analyse du commerce extérieur en Polynésie française sur l’année 2021. Une année synonyme de soubresauts positifs pour l’économie du fenua, marquée cependant par une balance commerciale qui continue de creuser l’écart entre importation et exportation.

« Bien qu’entre 2020 et 2021, la valeur des importations civiles augmente de 13 % et celle des exportations locales de 66 %, le déficit de la balance commerciale réelle progresse de 11 % en 2021 », explique ainsi l’ISPF. « L’épidémie de COVID-19 en Polynésie française a pénalisé les importations et les exportations en 2020 et 2021. En fin d’année 2021, une reprise économique est amorcée. »

« En 2021, le solde de la balance commerciale réelle est déficitaire de 191 milliards de francs », poursuit le rapport analytique, « les échanges commerciaux ont augmenté entre 2020 et 2021, mais la hausse des exportations locales ne compense pas celle des importations civiles. »

La Polynésie a importé entre pour 200 milliards de francs, soit une progression de 13%. La plus grosse part par les entreprises qui ont dépensé 85 milliards de francs pour des produits importés (+ 15 % par rapport à 2020).

Les importations de biens d’équipement augmentent de 16 % en valeur, tirées en partie par les achats d’avions et de bateaux pour un montant de 451 millions de francs en 2020 et de 3,8 milliards de francs en 2021.

Un chiffre de ces importations : 110 200 tonnes de ciment ont été importés pour la seule année 2021 dont 13 000 tonnes en Nouvelle-Zélande, 56 300 tonnes du Vietnam et 41 200 tonnes d’Indonésie

Les produits pétroliers de leur côté ont vu aussi un accroissement considérable, en valeur, de leurs importations. 24 % de plus en 2021, atteignant 21 milliards de francs. Le volume des importations de produits énergétiques commandés croît de 8 %, traduisant un prix unitaire en hausse de 15 % suivant l’évolution du cours moyen du baril.

Du côté des fournisseurs, la France reste en tête avec 45,5 milliards de francs de produits importés de métropole. La Chine est deuxième avec 29 milliards de francs et les USA troisièmes avec 19 milliards de francs.

Les exportations locales en hausse

Après ces augmentations en valeur et en nombre des biens à l’importation, l’exportation polynésienne augmente elle-aussi. 66% de plus, un bon score, mais qui ne place les exportations en valeur qu’à hauteur de 9,3 milliards de francs grâce, comme toujours, à la perle et à la pêche.

Tous les autres produits locaux augmentent en volume à l’exception d’huile de coprah qui voit sa valeur à l’exportation augmenter (+40%) mais baisser de 22% en volume. La vanille, le noni et le coprah restent stables quant à eux.