Les vœux du président Fritch : « Ayons foi en nous »

"Soyons conscients et savourons la chance que nous avons de vivre en Polynésie française, dans la paix, la stabilité et la sécurité" déclare le président Edouard Fritch.
"Soyons conscients et savourons la chance que nous avons de vivre en Polynésie française, dans la paix, la stabilité et la sécurité" déclare le président Edouard Fritch. (Archives LDT)

Le président Edouard Fritch adresse ce vendredi 23 décembre ses vœux à la population.

Le chef de l’exécutif y évoque la crise du Covid-19, la guerre en Ukraine ainsi que la forte inflation des prix qui frappe les foyers polynésiens.
Le leader de la majorité en profite également pour demander à nouveau pardon, conscient « d’avoir blessé » la population.
« Savourons la chance que nous avons de vivre en Polynésie française, dans la paix, la stabilité et la sécurité » écrit le président. « Dans ce monde perturbé, la protection de la République française est une chance que nous envient beaucoup de nos pays voisins. (…) Nous sommes un peuple chrétien et nous savons que le Seigneur nous a toujours aidé à nous relever pour cheminer vers un avenir meilleur. »

*****

« Madame, Monsieur, Chers amis,

L’année qui s’achève ne nous a laissé aucun répit. Elle nous a imposé de nombreux et nouveaux défis. Elle a fait appel à nos sens du devoir et de la responsabilité afin de faire face aux conséquences de la crise de la Covid et de la guerre en Ukraine

Nous avons mobilisé beaucoup de nos ressources pour préserver la solidarité et atténuer autant que possible les effets de ces crises, notamment pour les plus fragiles d’entre nous. Nous avons revalorisé certaines prestations sociales et le SMIG afin de préserver le pouvoir d’achat.

Pour autant, nous ne sommes pas au bout de nos peines. Le monde est perturbé. Il change, il remet en question notre mode de vie et nous oblige à nous réinventer. Nous sommes mobilisés, ensemble avec les maires et bien sûr avec l’État.

Chers amis, j’ai eu l’occasion de m’exprimer sur les reproches qui m’ont été faits. C’est pourquoi j’ai voulu vous demander pardon. Je ne voulais pas que cette année s’achève sans être allé au bout de cette démarche. C’est important pour moi autant qu’elle l’est pour vous, car j’ai compris que je vous avais blessé, ce qui n’était naturellement pas mon intention. En juin dernier, j’ai entendu et accepté votre message. J’aime trop mon peuple. J’aime trop mon pays et je veux affronter les menaces et les multiples difficultés qui nous attendent. Pour cela, ma mission n’a de sens que si je retrouve votre confiance.

Chers amis, j’ai une pensée pour les plus démunis, pour celles et ceux qui sont dans la souffrance et la peine, dans la difficulté et la maladie, dans la solitude et le deuil. Ils sont ma préoccupation permanente. Puissiez-vous retrouver dans ces fêtes, en famille et entre amis, la chaleur, le réconfort et l’amour dont nous avons tous besoin.

Je souhaite partager avec vous ce soir cette foi et cette espérance qui m’animent : notre capacité à vivre ensemble, elle dépend avant tout de chacun de nous. Si chacune et chacun de nous commencent 2023 avec le meilleur de lui-même, je suis convaincu que nous vivrons mieux ensemble, quelques soient nos différences et nos opinions.

Ayons foi en nous. Soyons fiers d’être polynésiens et aimons notre Pays. La Polynésie est belle. Elle a une nature riche et généreuse. Aimons la Vie, apprécions nos différences. Voyons ce qui est positif, améliorons ce qui doit l’être, chacun à notre niveau.

Et puis, soyons conscients et savourons la chance que nous avons de vivre en Polynésie française, dans la paix, la stabilité et la sécurité. Dans ce monde perturbé, la protection de la République française est une chance que nous envient beaucoup de nos pays voisins.

Ce soir, ce sont les valeurs de solidarité, de responsabilité et de respect que je souhaite partager avec vous, pour maintenant et pour demain. Nous sommes un peuple chrétien et nous savons que le Seigneur nous a toujours aidé à nous relever pour cheminer vers un avenir meilleur.

Je vous souhaite à toutes et à tous, de belles fêtes, ainsi qu’une bonne et heureuse année à tous, entourés de celles et ceux que vous aimez. Que Dieu bénisse ses enfants de Polynésie.

Ia orana i te matahiti api. »

*****

– Version reo maohi –

« ‘E hoa here mâ

Te hope nei teie matahiti ‘e ‘aore-â te tûtavaraa ‘i hope. ‘E te pii mai nei, ‘ia tura’i atu â ‘i te amoraa hopoi’a faatupuhia ‘e te Tovi, ‘e te tama’i ho’i ‘i Uterenia.

‘Ua faataa tâtou ‘i te faufaa nô te faaherehere ‘i te autahi ‘e nô te tâmarû ‘i te mau hepohepo faatupuhia ‘e te mau ‘ati mana’o ‘orehia, nô râtou ihoâ râ ‘i roto ‘i te mana’ona’o, ‘ua haamaraa tâtou ‘i te mau tauturu totiare, te moni tahua SMIG, nô te pâruru ‘i te pûai hoo ‘a te mau ‘utuâfare.

‘Aore â te tutavaraa ‘i hope. Tei roto tô te ao nei ‘i te ‘ârepurepu. ‘E te parau mai ra, ‘a taui to ‘tatou huru oraraa. ‘Ua ineine mâtou, ‘ia ‘u nei, ‘e rohi au nâ roto ‘i te hau ‘e te araaraa, nô te mea ‘e ti’aturi tô’u ‘ia ‘outou.

‘E hoa here mâ, ‘ua pâhono rii atu na vau ‘i te mau mana’o tahitohito. Nô reira vau ‘i ani atu ai ‘a faa’ore mai tâ’u hapa. ‘Eiaha teie hope’a matahiti ‘ia vai ‘i roto ‘i te au ‘ore ‘e te ‘âmahamaha. ‘E mea faufaa nô’u ‘e nô tâtou pâato’a. ‘ua ‘ite au ‘ua pêpê te tahi ‘o tâtou, e’ere ra ‘i te mea ‘ôpuahia. ‘I tiunu ra, ‘ua fârii au ‘i tâ ‘outou pâhono.

‘E here rahi tô’u ‘i tô’u nunaa. ‘E here rahi tô’u ‘i tô’u Fenua ‘e faaruru au ‘i te mau puaraitu ‘e tia’i maira. ‘E manuia teie titauraa mai te peu ‘e faaho’i mai ‘oe ‘i te ti’aturiraa. Nô roto mai ‘ia ‘oe tô’u pûai ‘aro.

No ‘oe ‘i roto ‘i te hepohepo, ‘te mâuiui ‘e‘i roto ‘i te fifi ma’i, outou i roto te mau fare tape’araa. ‘O tâ’u ‘e mâna’ona’o tâmau nei. ‘Ia riro teie mau ‘oro’a hope’a matahiti ‘ei taime ‘oa’oa ‘utuâfare, ‘oa’oa ‘e te mau hoa, fârereiraa mâhanahana ‘e te hau ‘i roto ‘i te here.

I’a puta mai te vârua maita’i ‘i te ‘ômuaraa ra ‘o 2023, ‘Ua pâpû ‘ia’u ‘e hotu te ora ‘âmui. ‘E ti’aturi ’ia tâtou iho. ‘A te’ote’o ‘i tô tâtou Mâ’ohiraa ‘e ‘a here ‘i tô tâtou ‘ai’a. ‘E fenua hêuri. ‘E natura ‘auhune. ‘A here ‘i te ora., a faarii tô tâtou taa’êraa. Tape’a mai te vâhi maita’i, haamaita’i te vâhi pêpê.

A ‘ite, e ‘a ‘oa’oa ‘i tô tâtou fâna’o ‘i te ora ‘i Porinetia farâni nei, ‘i roto ‘i te hau, te ‘aueue ‘ore ‘e te ora pâruru ‘a te Repupirita farâni ‘e faahinaarohia nei ‘e te mau hau ‘o Patitifa nei.

‘E mau taipe ‘o te autahi, te amo hopoi’a ‘e te auraro, ‘o tâ‘u hinaaro nô tâtou pâato’a, nô teie nei ‘e nô ‘ananahi. ‘E nunaa teretitiano ‘e ‘ua ‘ite tâtou ‘ua turu noa mai na te Metia nô te vai ti’a noa tâtou ‘i ni’a ‘i te ‘ê’a maita’i.

Nô teie nau ‘ôro’a ‘oa’oa ‘o Noera ‘e te matahiti ‘âpî, te hinaaro nei au ‘ia ‘auâ-haati-hia tâtou ‘e te here fêtii, te here hoa ‘e tei au mai.

‘Ia ora na ‘i te matahiti ‘âpî. »