24 décembre, la course aux dernières courses

Dans une ambiance un peu stressante, c'était la course aux dernières courses, aux derniers cadeaux. (Photo : Bertrand Prévost)
Dans une ambiance un peu stressante, c'était la course aux dernières courses, aux derniers cadeaux. (Photo : Bertrand Prévost)

« Mince, on a oublié Tati Poema ». « Zut, la petite Maëlis. » « T’as pensé au dessert ? »

Et pour beaucoup ce samedi 24 décembre, c’était la ruée vers la ville et dans les grandes surfaces pour effectuer les derniers achats de Noël, rendant la circulation en matinée un peu compliquée aux abords des grandes enseignes et aux entrées de Papeete. Mais rien d’insurmontable cependant.

Dans une ambiance un peu stressante, c’était la course aux dernières courses, aux derniers cadeaux, et pour les vrais retardataires, l’occasion de remplir la hotte à quelques heures du réveillon.

En ville, les magasins ont fait le plein alors que les coiffeurs s’affairaient pour que chacun puisse se présenter sous son meilleur jour.

« J’ai pensé à tout le monde, sauf à mon chéri », expliquait amusée une cliente dans un magasin de surfwear de la ville. « J’ai hésité, puis le boulot à fait le reste. Du coup, retour en ville ce matin pour trouver ce qui lui plairait », rie-t-elle, un lycra à la main.

Une autre cliente sort d’un salon de coiffure. « Ça, c’est fait », se dit-elle à elle-même devant son miroir. « Maintenant, la buche, et à la maison. » Pendant ce temps-là, son mari est dans une grande surface de Pirae à faire les dernières achats pour le repas. « Noël, pour nous, c’est les enfants », conclut-elle. « La fête des adultes, ce sera le 31. »

Le tout, avec modération, bien entendu.