Il y a 50 ans dans La Dépêche : c’est la fin du Quinn’s à Papeete !

"Haut lieu de la bière Aorai, puis Hinano et Manuia, le Quinn’s était populaire dans le Pacifique nord et sud" écrit La Dépêche en 1972.
"Haut lieu de la bière Aorai, puis Hinano et Manuia, le Quinn’s était populaire dans le Pacifique nord et sud" écrit La Dépêche en 1972. (Ph. Archives LDT)

Pas de trêve de Noël pour les accidents de la route : un jeune pilote de scooter se tue à Faratea en percutant un arbre. D’autres accidents moins graves sont enregistrés : sortie de route d’une 404 Peugeot, chute en Vespa à Faa’a…

Adieu le Quinn’s : avant le 31 janvier 1972, ce haut lieu de la bringue tahitienne doit disparaître sous les coups des bulldozers. « Haut lieu de la bière Aorai, puis Hinano et Manuia, le Quinn’s était populaire dans le Pacifique nord et sud » écrit alors La Dépêche. « Le Quinn’s fut construit en 1916. Les propriétaires M et Mme Quinn’s lui donnent en 1933 le nom de Quinn’s Tahitians Hut ». Pierre Frogier, dit Bouzou, en devient plus tard le gérant.

Miss Tahiti 1972, Moea Arapari, part à Paris participer au concours de Miss France qui a lieu durant la nuit de la Saint-Sylvestre à l’hôtel Méridien.

Avec la période d’exceptionnelle sécheresse que traverse le territoire, les récifs de Raiatea et Taha’a offrent le spectacle d’une désolation totale : le niveau du lagon a baissé, la barrière de corail se trouve à sec et condamne à mort poissons, coquillages, oursins, langoustes, crabes… qui se décomposent par milliers dans une odeur nauséabonde.

Mademoiselle Eugènie Dehors épouse, à l’hôtel de ville de Uturoa, le maire de l’île, Philippe Brotherson. Le soir, toute la population de l’île vient féliciter les époux sur le quai où est organisé un grand tama’ara’a dansant.

Les premières résidences des « Hauts de Vetea » sont sur le point de sortir de terre. Napoléon Spitz est à la recherche d’une solution financière pour le déplacement omnisport des Tahitiens au Chili en février 1973 : il demande des facilités de trésorerie au président de l’assemblée territoriale, Gaston Flosse.

Alain Colas, le vainqueur de la Transatlantique 1972 en solitaire, revient à Tahiti avec sa fiancée Teura pour une semaine de vacances. Les restaurants Liou Fong, Taiarapu, Maori, les hôtels Te Puna Bel Air, Tahiti Village et Hôtel Tahiti, ou encore le Puo’oro Plage annoncent leur programme pour le nouvel an, avec « ambiance jusqu’à l’aube ».

Au cours de sa dernière séance de l’année, l’assemblée territoriale vote en faveur du téléphone automatique pour toute l’île de Tahiti, définit un nouveau mode de calcul du salaire minimum ou encore définit un nouvel indice du coût de la vie. L’association sportive des Jeunes Tahitiens (JT) organise une tombola avec un gros lot de 5 millions de francs.

Tavana Philippe Brotherson, qui convole en justes noces, sera l’un des maires affichant la plus longue longévité. (Photo : archives LDT)
La belle Moea Arapari, Miss Tahiti 1972, s’envole pour l’élection de Miss France à Paris.(Photo : archives LDT)
Déjà en 1972, les accidents de la route font des morts et des blessés… (Photo : Archives LDT)
Le navigateur Alain Colas et sa compagne Teura. (Photo : archives LDT)
Les récifs de Raiatea et Taha’a offrent le spectacle d’une désolation totale : le niveau du lagon a baissé, la barrière de corail se trouve à sec et condamne à mort poissons, coquillages, oursins, langoustes, crabes… (Photo : archives LDT)
Monseigneur Michel Coppenrath baptise, à la cathédrale de Papeete, une quinzaine d’adultes d’origine chinoise. (Photo : archives LDT)