L’emploi progresse en 2022, le nombre d’inactifs ne souhaitant pas travailler également

Dans son dernier rapport de l’année 2022, l’Institut de la statistique en Polynésie française revient en détail sur la situation de l’emploi au fenua via une enquête réalisée au second trimestre de cette année tout en prévenant que « l’importance du caractère saisonnier de cette enquête incite à la plus grande prudence quant à son interprétation. »

« En 2022, la population active au sens du Bureau International du Travail (BIT) progresse à 109 900 personnes âgées de 15 à 64 ans et le taux d’emploi à 53,8 % », note l’institut. « Le taux de chômage continue sa décrue à 9,0 %. Mille sept cents personnes supplémentaires ont un emploi et autant ont disparu du stock de personnes souhaitant travailler. »

« Toujours en retrait par rapport à la situation en France métropolitaine, la situation du marché de l’emploi en Polynésie française s’améliore », note le rapport. « Le taux d’emploi y demeure inférieur de 12 points et le taux d’activité moins élevé de 14 points. » Cependant, le taux d’emploi est plus important que dans les autres collectivités d’Outre-mer françaises, hormis en Martinique et en Nouvelle-Calédonie.

Mais derrière ces chiffres de l’augmentation de l’emploi, se cachent aussi ceux des Polynésiens qui ne sont pas en recherche. « Attentiste face à la situation du marché du travail, 32 % de la population ne travaille pas et ne souhaite pas occuper pour l’instant un emploi », note l’ISPF. « Ce taux, en constante progression, était de 26,8 % en 2018. »

« En 2022, l’écart d’insertion entre les hommes et les femmes s’est réduit », explique le rapport même si « le taux d’emploi des hommes demeure 13 points plus élevé que celui des femmes (60,3 % contre 47,4 %). » Du côté des jeunes, « le taux d’emploi des 15 à 29 ans progresse de 1,5 point à 34,7 % en 2022. Il progresse de même pour les 50 ans et plus (48,8 %), alors qu’il est stable chez les 30 à 49 ans (70,4 %). » En revanche, l’écart continue de se creuser entre les diplômés et les non diplômés. Le taux d’emploi des personnes non diplômées diminue de 1,8 point à 44,4 % en 2022. Le taux d’emploi des personnes diplômées d’un baccalauréat unique progresse de 0,7 point et celui des diplômés de l’enseignement supérieur de 1,4 point.

Enfin, dernier écart noté par l’ISPF, celui entre la zone urbaine et les districts/îles. « Le taux d’emploi dans la zone urbaine est supérieur de 10 points à celui de la zone rurale et Moorea (58,1 % contre 48,1 %) en 2022 même si « le taux d’emploi dans les Îles Sous-le-Vent retrouve son niveau de 2020 après la décroissance de deux points constatée l’année dernière en lien avec la reprise touristique. » C’est dans les îles que l’on retrouve la plus grande part des inactifs (85,6 %).