Russie : deuil et colère après la mort de dizaines de soldats en Ukraine

(Photo : APF)

Fleurs et prières : des rassemblements se sont déroulés mardi en Russie pour rendre hommage aux dizaines de militaires tués par une frappe dans l’est de l’Ukraine, un choc qui a déclenché une vague de critiques contre l’armée.

Fait inhabituel en Russie, où les pouvoirs publics restent discrets sur les pertes militaires en Ukraine, environ 200 personnes se sont ainsi réunies avec l’aval des autorités à Samara (centre), d’où étaient originaires certains des soldats tués.

Certaines ont déposé des fleurs devant une flamme éternelle sur l’une des principales places de la ville, avant de s’incliner respectueusement, a vu un correspondant de l’AFP.

Selon des médias locaux, des rassemblements avaient aussi lieu dans d’autres cités de la région, notamment à Togliatti et Syzran.

Dans un aveu rarissime, le ministère russe de la Défense a admis lundi que 63 militaires avaient péri dans une frappe ukrainienne le soir du Nouvel An sur un bâtiment où ils étaient regroupés à Makiïvka, une ville sous occupation russe de la région de Donetsk, dont Moscou revendique l’annexion. Kiev évoque un bilan bien plus élevé.

Ces pertes, parmi les plus lourdes subies par Moscou au cours d’une seule attaque depuis le début de l’offensive contre l’Ukraine le 24 février, ont suscité des critiques de la part de commentateurs nationalistes pourtant favorables à l’intervention militaire.

L’émotion a été renforcée par le fait que les soldats tués étaient des réservistes qui avaient été mobilisés.

Vengeance

« Je n’ai pas dormi depuis trois jours », a déclaré pendant la cérémonie à Samara Ekaterina Kolotovkina, l’épouse d’un général russe et présidente d’un comité de femmes proche de l’armée.

« Pour la première fois depuis le début de l’opération militaire spéciale, j’ai demandé (à mon mari) de nous venger, pour les larmes des mères, pour les veuves inconsolables, pour les orphelins », a-t-elle ajouté.

Sur Telegram, un groupe se présentant comme composé de « veuves de soldats » russes a quant à lui appelé lundi Vladimir Poutine à entamer une « mobilisation à grande échelle » pour « sauver » la Russie.

Le président russe n’a lui-même pas encore réagi à l’attaque à Makiïvka, annoncée en pleine semaine fériée du Noël orthodoxe, une période traditionnellement joyeuse où les Russes se retrouvent en famille.

Le Kremlin a seulement fait savoir mardi qu’il avait ordonné un rapport au ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, sur l’état des équipements fournis aux troupes russes en Ukraine et sur les « mesures » à prendre pour les renforcer.

Selon le ministère russe de la Défense, les missiles ayant frappé Makiïvka ont été tirés par des lance-roquettes multiples HIMARS, une arme fournie par les Etats-Unis aux forces ukrainiennes.

Après les défaites essuyées ces derniers mois par Moscou à Kharkiv (nord-est) et à Kherson (sud), qui avaient donné lieu à des critiques contre le commandement militaire russe, cette hécatombe a suscité un nouveau pic de colère et des appels à châtier les responsables.

« Quelles conclusions seront tirées ? Qui sera puni ? », a lancé le député communiste Mikhaïl Matveïev, élu à Samara.

Plusieurs commentateurs partisans de l’intervention militaire, très suivis sur les réseaux sociaux, se sont notamment insurgés contre la possibilité que des munitions aient été entreposées dans le même bâtiment ayant servi à héberger les soldats.

Le compte Telegram Rybar – qui a plus d’un million d’abonnés – a ainsi critiqué la « naïveté criminelle » ayant conduit à les loger à côté de ce dépôt de munitions.

D’autres ont souligné que les militaires avaient été installés dans un bâtiment ordinaire, non protégé, et ont déploré le fait que des informations sur la localisation de soldats russes, en particulier via la géolocalisation de leurs téléphones, parvenaient régulièrement à l’armée ukrainienne.