A Hawaï, nouvelle éruption d’un volcan très actif, après un mois de calme

Le Kilauea à Hawaï, est de nouveau entré en éruption, moins d'un mois après la fin de la dernière, selon l'institut américain de géophysique (USGS). (Photo : AFP)

L’un des volcans les plus actifs du monde, le Kilauea à Hawaï, est de nouveau entré en éruption, moins d’un mois après la fin de la dernière, selon l’institut américain de géophysique (USGS).

Des fontaines de lave ont jailli du sommet de ce volcan jeudi, selon l’USGS, et rempli une grande partie de son cratère de 120 hectares de roche en fusion.

Vendredi matin, l’intensité de cette éruption « diminuait rapidement », selon l’institut.

« Les fontaines ont perdu en vigueur dans la nuit et restent à environ cinq mètres de haut ce matin », a expliqué l’USGS dans son dernier bilan.

L’éruption intervient moins d’un mois après le retour au calme du Kilauea et de son imposant voisin, le Mauna Loa, si large qu’il détient le titre de plus gros volcan du monde.

Le Mauna Loa, dont le nom signifie « longue montagne » en hawaïen, était entré en éruption en décembre pour la première fois depuis presque 40 ans.

Spectaculaire, sa fureur avait provoqué des fontaines de lave atteignant 60 mètres de haut et d’impressionnantes coulées de roche en fusion le long de ses flancs, sans toutefois mettre en danger les habitations de l’île d’Hawaï.

Egalement situé sur la plus grande île de cet archipel du Pacifique, le Kilauea est bien plus modeste, mais beaucoup plus actif.

Il est resté en éruption de manière quasi-continue entre 1983 et 2019, et constitue une attraction appréciée des touristes qui le survolent en hélicoptère. En 2018, ses coulées de lave ont détruit plus de 700 habitations.

L’éruption actuelle ne pose pas de danger pour les habitants, selon l’USGS.

L’institut met toutefois en garde contre les gaz volcaniques rejetés, particulièrement le dioxyde de soufre, irritant pour les yeux et les voies respiratoires, qui peut affecter les habitants, les récoltes et le bétail.

AFP