EDT-Engie a inauguré Putu Uira, son générateur virtuel à Punaruu

Putu Uira est capable de remplacer un groupe therlique pendant 20 minutes. Cela représente une économie de carburant estimée à 3000 tonnes par an par EDT.
Putu Uira est capable de remplacer un groupe thermique pendant 20 minutes. Cela représente une économie de carburant estimée à 3000 tonnes par an par EDT. (Photo : Damien Grivois)

Vallée de Punaruu, Tahiti, ce vendredi 6 janvier au matin. Les officiels et les invités se pressent autour d’un drôle de hangar qui abrite 7 conteneurs blancs, à quelques dizaines de mètres en amont de la centrale thermique d’EDT-Engie. Comme un clin d’œil à la grande variabilité de l’énergie solaire, le rassemblement débute sous un soleil éclatant, se poursuit sous des nuages menaçants et se termine sous la pluie ! « Typiquement le genre de situation qui nous conduisait jusqu’alors à garder en permanence un groupe thermique en secours » s’amuse EDT-Engie. « C’est là qu’intervient la révolution… »

Avant la bénédiction de Putu Uira, le PDG d’EDT-Engie, Didier Pouzou, accueille Simplicio Lissant, le tavana de Punaauia, Anthony Jamet, le président du Syndicat pour l’électrification des communes du sud (Secosud), ainsi que des représentants de l’Etat et du Pays. Mais pas le ministre en charge de l’Energie, Yvonnick Raffin, retenu à Pirae par le vote du budget du centre hospitalier.

Assez peu impressionnant visuellement, le nouvel équipement représente tout de même un investissement de 1,75 milliard de francs auprès d’une entreprises spécialisée basée en Corée du sud. Il représente en effet une véritable révolution pour le fournisseur historique d’électricité sur l’île de Tahiti.

« Putu Uira est en fonctionnement semi-industriel depuis octobre 2022. Le générateur est maintenant pleinement opérationnel » explique Yann Wolff, directeur des exploitations Tahiti chez EDT-Engie. « Les tests vont se poursuivre tout au long du premier semestre 2023, pour savoir comment nous souhaitons l’utiliser… »

Le responsable du dispatching à Punaruu, Tom Tuheiava, confirme que Putu Uira « oblige à tout réapprendre » en matière de partage des énergies. En diminuant le besoin minimal, le générateur Putu Uira favorise le placement des énergies renouvelables dans le mix énergétique, particulièrement la nuit et le week-end.

En 2021, EDT-Engie indique que sur les 536 GWh d’électricité produite à Tahiti, 183 GWh provenaient d’énergies renouvelables. Cela correspond à 34,1% du bouquet énergétique (27,2% d’hydroélectricité grâce à Marama Nui et 6,9% de solaire).

EDT-Engie assure viser « l’implantation de solutions de production issues d’énergies renouvelables dans les îles où elle assure une concession de service public de l’électricité, afin de pérenniser le patrimoine environnemental des générations futures. »

Putu Uira est l’aboutissement de 8 ans d’études. « L’hydroélectricité, sur la base des installations existantes en 2014, avait sa production limitée la nuit et certains week-ends. Le solaire commençait à prendre de l’ampleur » détaille Patrick Desfour, responsable du projet. « A l’occasion d’une visite d’un salon professionnel, on s’est aperçus que le coût des batteries avait beaucoup diminué et devenait accessible. »

Le 12 septembre 2022, pour la première fois, Tahiti a été alimentée pendant un peu plus d’une heure par 100% d’énergies renouvelables (61% hydroélectricité et 39% de photovoltaïque. EDT-Engie affirme vouloir entretenir cette dynamique, notamment avec l’arrivée à l’horizon 2024 des premières fermes solaires avec stockage.

Le générateur Putu Uira, c’est 62 tonnes de batteries dans deux conteneurs, 624 modules de batteries, 5 transformateurs et 12 km de câbles. La durée de vie des batteries est estimée à une quinzaine d’années.

Didier Pouzou, PDG d’EDT-Engie

« Putu Uira est un accélérateur de la transition énergétique »

« Cela représente une économie de carburant que l’on estime à 3000 tonnes par an, ainsi que 6000 heures en moins de fonctionnement d’un groupe. Ca va dans le sens de la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre.

« C’est l’aboutissement d’un long chemin. Cette installation permet de limiter le fonctionnement en secours d’un groupe thermique dans l’usine de Punaruu, juste à côté, et surtout de mieux placer les énergies renouvelables. Putu Uira est un accélérateur de la transition énergétique au 21e siècle pour Tahiti.
Par définition, les renouvelables fluctuent dans la journée et pour y palier, nous avions jusqu’à présent un groupe thermique qui tournait en attente. Putu Uira est capable de remplacer un groupe pendant 20 minutes à toute puissance, ce qui n’est jamais le cas de figure. Ce qui nous laisse le temps de redémarrer, le cas échéant, un groupe supplémentaire pour pouvoir ensuite recharger les batteries tranquillement.

Putu Uira est vraiment là pour le développement des énergies renouvelables. Le générateur a été construit dans le respect des normes environnementales, équipé de panneaux photovoltaïques sur la toiture pour alimenter ses auxilliaires, les transformateurs sont remplis avec des huiles végétales et c’est une première pour EDT… »

Propos recueillis par Damien Grivois

Le générateur virtuel est capable de fournir immédiatement de l’énergie pendant 20 minutes, laissant le temps à EDT de démarrer un groupe de la centrale thermique toute proche au besoin. (Photo : Damien Grivois)
Ce projet piloté par EDT s’inscrit dans la stratégie de décarbonation énergétique voulue par le gouvernement. (Photo : Damien Grivois)
Putu Uira devrait permettre d’économiser environ 6000 heures d’utilisation des groupes thermiques d’EDT à Punaruu, et 3000 tonnes d’hydrocarbures… (Photo : Damien Grivois)