Antoine Duléry : “ un spectacle de transmission, d’évocation”

L'acteur Antoine Duléry est arrivé à Tahiti lundi matin avec son épouse, la réalisatrice Pascale Pouzadoux. (Photo : Rideau Rouge Tahiti)
L'acteur Antoine Duléry est arrivé à Tahiti lundi matin avec son épouse, la réalisatrice Pascale Pouzadoux. (Photo : Rideau Rouge Tahiti)

Antoine Duléry, acteur populaire à la télévision comme au cinéma ou au théâtre, vient présenter à Tahiti son one man show Antoine Duléry fait son cinéma. Le comédien met son talent d’imitateur au service d’un spectacle hommage aux grands noms du cinéma comme Belmondo, Serrault, Delon, De Niro… “On rigole beaucoup et la fin est émouvante” promet l’artiste. 

Est-ce votre première fois à Tahiti et quelle est votre première impression ? 

Une très bonne impression parce que j’ai été accueilli par des danses et des gens très sympathiques. Je suis très heureux d’être là. 

Et c’est ma toute première fois oui. Après une année de théâtre avec François Berléand, j’avais pile 15 jours de libre et j’ai dit : “On y va”. On a toujours du mal à s’échapper nous autres acteurs car les projets s’enchaînent et se décident de plus en plus au dernier moment.

En tous cas, je suis ravi d’être là parce que c’est l’image du paradis. A Paris, quand on dit qu’on part à Tahiti, c’est un peu comme si on allait sur la lune ! Je vais découvrir Tahiti et d’autres îles, ce sera un séjour mi travail mi vacances.”

Vous allez présenter votre spectacle Antoine Duléry fait son cinéma. Vous montrez votre talent de showman mais vous mettez en avant également le talent des autres, c’est cela ? 

Oui. J’imite tous les acteurs qui m’ont fait, que j’ai admiré et qui m’ont donné, souvent, leur amitié. 

J’ai décidé de montrer au public cette face cachée d’imitateur, poussé il y a quelques années par de nombreux amis qui m’ont suggéré de faire un spectacle. 

Mais je voulais raconter quelque chose donc ça parle de moi et de ma passion pour tous ces acteurs et personnalités que je fais revivre. 

Je dirais que c’est plus un spectacle de transmission, d’évocation que d’imitation pure et simple.

L’histoire est celle d’un type qui est dans une soirée et qui ne peut jamais rentrer chez lui. Et là, il rencontre tous ces acteurs, il remonte dans le passé, il rencontre Jouvet qui lui-même va rencontrer Luchini etc. On rigole beaucoup et la fin est un peu émouvante.

Il y a aussi un peu d’interactivité, je descends dans la salle et je m’adresse directement aux gens.

Bien sûr, ce spectacle que je joue depuis 10 ans a beaucoup évolué, je prends toujours autant de plaisir à le jouer parmi les autres choses que je fais parce qu’il y a ce contact avec le public.” 

On vous connait à travers le cinéma mais aussi la télévision et le théâtre. Qu’est-ce qui vous procure le plus de satisfaction ? 

C’est un choix de faire de tout et des rôles très différents. Je viens du théâtre, j’y reviens. A une autre époque, j’étais un des rares acteurs à faire à la fois du cinéma et de la télévision. Maintenant, tous les acteurs de cinéma viennent à la télé. 

La vraie joie, c’est quand même le théâtre ou même le one man show ; quand je vois les gens debout à la fin, je me dis : “Mon Dieu, heureusement que je l’ai fait”. C’est très touchant.

Mais j’aime beaucoup tourner aussi car ce n’est jamais la même chose, c’est un travail minimaliste, complètement différent. Comme disait Jouvet : “Au théâtre, on joue, au cinéma, on a joué”. 

Quand Belmondo est revenu au théâtre avec Kean après 28 ans de cinéma, il avait un trac fou mais il était extrêmement heureux. Après son AVC, lorsque je lui ai demandé ce qui lui manquait le plus, le théâtre ou le cinéma, il m’a dit : « le thé-â-tre ».” 

Vous faites partie de ces acteurs qui peuvent incarner des grands personnages ou jouer “monsieur tout-le-monde”. Qu’est-ce qui est le plus difficile et y a-t-il des rôles qui vous ont marqués plus que d’autres ? 

Certains rôles ont marqué le public en tous cas comme Paul Gatineau dans Camping ou mon rôle dans Agatha Christie. Vous savez, les acteurs souvent, à la fin de leur vie, ne sont reconnus qu’à travers deux ou trois films. En tous cas, le plus dur est de faire rire. Cela demande énormément d’énergie.” 

Les rôles à la télévision ne sont-ils pas de plus en plus intéressants, notamment grâce aux séries ?

Oui. Il y a de très bons téléfilms mais c’est vrai que maintenant, tout le monde fait des séries avec des personnages que l’on a le temps de développer. Jean Dujardin vient de faire une série Alphonse, Vincent Cassel également… Je croise les doigts, je devrais participer prochainement à une série avec un réalisateur qui vient du cinéma.” 

Précisément quels sont vos projets pour 2023 ? 

J’ai un projet de film que j’espère réaliser, écrit avec un scénariste, je continue le one man show, je mets au point un autre spectacle solo de lecture, j’ai un projet de pièce avec mon épouse (NDRL : la réalisatrice Pascale Pouzadoux) et enfin j’attends la réponse pour une série.”

Propos recueillis par Sandrine Guyonnet

Pratique

Antoine Duléry fait son cinéma à Tahiti est présenté par Rideau Rouge Tahiti 

Représentations :

  • Vendredi 13 janvier 2023 à 19h30
  • Samedi 14 janvier 2023 à 19h30 
  • Dimanche 15 janvier 2023 à 17h30

Tarif unique : 5 500 Fcfp

En vente sur www.ticketpacific.pf, dans les magasins Carrefour Faa’a, Punaauia, Arue, Taravao. Et sur www.rideaurougetahiti.com

Antoine Duléry vient "faire son cinéma” au Petit théâtre de la Maison de la culture.
Antoine Duléry vient « faire son cinéma” au Petit théâtre de la Maison de la culture.