Retraites en France : les syndicats se préparent pour une « puissante » mobilisation le 19 janvier

(Photo by Lionel BONAVENTURE / AFP)

En France, les syndicats prévoient une « puissante » mobilisation contre la réforme des retraites avec des grèves et manifestations le 19 janvier, notamment dans les secteurs de l’énergie et des transports.

Les huit principaux syndicats français (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Solidaires, FSU) font front commun, dans une unité d’action inédite depuis 12 ans.

« La division et l’inaction n’ont pas leur place », ont insisté mercredi quatre syndicats des cheminots, qui appellent à « une grève puissante » contre « cette contre-réforme ».

« Le mécontentement est extrêmement fort. Ce sentiment d’injustice, il est très profond aujourd’hui dans le monde du travail, et cette réforme est ressentie de manière très négative », a souligné le secrétaire général du premier syndicat français, Laurent Berger (CFDT) sur la radio France Inter mercredi.

Le gouvernement a affiché lui sa sérénité. Il « ne se projette pas dans l’idée d’une mobilisation massive », a affirmé le porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

Un conflit « dur » est cependant à prévoir dans l’énergie contre le projet de réforme des retraites, avec des baisses de production le 19 janvier, ont indiqué mercredi à l’AFP plusieurs sources syndicales.

« Je pense qu’on va rentrer dans un conflit dur, qui va durer, parce qu’on imagine bien que le gouvernement ne va pas céder en quelques jours », a indiqué Francis Casanova, délégué CGT chez le gestionnaire des lignes à très haute et haute tension RTE.

« Si les électriciens et gaziers sont massivement en grève et dans la rue, ça veut dire qu’ils ne sont pas sur les réseaux et sur les moyens de production, donc il y a forcément un effet sur le système », a indiqué Fabrice Coudour, secrétaire fédéral FNME-CGT, premier syndicat des industries électriques et gazières.

Au-delà du recul de l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans d’ici à 2030, les salariés de l’énergie seraient particulièrement touchés par cette réforme, avec la suppression de leur régime spécial de retraite, qui prévoit un calcul plus avantageux de leurs pensions, sur les six derniers mois de salaire.

La France est l’un des pays européens où l’âge légal de départ à la retraite est le plus bas, sans que les systèmes de retraite soient complètement comparables. C’est 65 ans en Allemagne, Belgique ou Espagne, 67 ans au Danemark selon le Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale, un organisme public français.

Mais la mesure d’âge reste fortement impopulaire. Plus de deux tiers des Français (68%) sont défavorables au report à 64 ans, selon un sondage Ifop-Fiducial.

D’autres fédérations appellent elles aussi à la mobilisation. FO-Transports et logistique, qui rassemble aussi bien les routiers que les ambulanciers, chauffeurs de car ou transporteurs de fonds, souhaite aller « au bout du possible dans ce combat ».

La FSU, première fédération syndicale enseignante, a maintenu mercredi l’appel à une journée de mobilisation dans l’éducation le 17 janvier, sur les salaires, les conditions de travail et la voie professionnelle, avant la grève du 19 janvier.

sl-ngu-agu/grd/dch/dth

© Agence France-Presse