Ia ora te nuna’a et le Tavini répondent à Edouard Fritch

Il n’aura pas fallu longtemps au Ia ora te nuna’a de Teva Rohfritsch et au Tavini d’Oscar Temaru pour répondre aux propos tenus par Edouard Fritch dans ses vœux à la presse lundi 9 décembre dernier. « Edouard Fritch s’enfonce encore quand il s’en prend à ceux qui ont osé lui tenir tête et qui ont dénoncé publiquement ses dérives et celles de sa gouvernance », commente ainsi le Ia ora te nuna’a. « Il dit avoir compris le mécontentement exprimé par les Polynésiens aux dernières élections législatives, mais, dans les faits, il ne change rien : ni son équipe, ni son comportement, ni son mépris et ses insultes, ni ses taxes qui pèsent sur la vie des familles du Fenua. »

Même son de cloche pour le Tavini qui, sur les réseaux sociaux, revenait sur la sortie contre l’indépendance du président du Pays. « Son logiciel est resté bloqué aux années 80 passées sur les bancs du Tahoera’a au point d’oublier que ‘l’indépendance n’est pas un état des choses, c’est un devoir », explique le communiqué, paraphrasant l’ancien leader tchèque, Vaclav Havel.