Un cyclone amène toujours plus de pluie en Californie, endeuillée par des tempêtes historiques

Vue aérienne à Merced en Californie le 10 janvier 2023. (Photo by JOSH EDELSON / AFP)
Vue aérienne à Merced en Californie le 10 janvier 2023. (Photo by JOSH EDELSON / AFP)

La Californie subissait mercredi de fortes pluies, engendrées par un cyclone qui risque d’aggraver les inondations et les glissements de terrain provoqués par une série de déluges ayant déjà fait 18 morts dans cet Etat de l’Ouest américain.

Les pluies torrentielles des jours précédents sur des sols déjà saturés d’eau ont généré de vastes coupures de courant, de nombreuses inondations, déraciné quantité d’arbres et coupé des routes majeures, les flots entraînant parfois des automobilistes.

Certaines régions ont enregistré des niveaux de précipitations jamais atteints depuis 150 ans.

« Un énorme cyclone en rotation au large de la côte ouest apportera à nouveau de fortes précipitations et des rafales de vent (mercredi), cette fois-ci visant la Californie du Nord », a expliqué le service météorologique américain (NWS). La région pourrait recevoir jusqu’à 18cm de précipitations par endroits.

Mercredi après-midi, plus de 55.000 foyers étaient privés d’électricité.

A Aptos, petite ville située à un peu plus d’une heure de route au sud de San Francisco, les habitants tentaient de se remettre des inondations des derniers jours.

« C’est probablement la pire inondation que j’ai vue depuis que je me suis installé ici en 1984 », a expliqué Doug Spinelli à l’AFP.

Le ruisseau de la ville « coulait si violemment, (…) il y avait des troncs d’arbres qui déferlaient dans la rivière, quasiment un toutes les trente secondes », a raconté cet habitant. « C’était incroyable de voir la quantité de débris et de bois charriée par le torrent. »

Le gouverneur de Californie Gavin Newsom s’est rendu mardi dans cette région du comté de Santa Cruz, l’une des plus affectées par les tempêtes en série. Sur place, il a mis en garde contre celles à venir, moins puissantes mais tout aussi dangereuses.

« Cet endroit est trempé. Et maintenant, une quantité plus modeste de précipitations peut avoir un impact plus grand en termes de conditions sur le terrain », a-t-il averti face à la presse.

– Enfant toujours disparu –

« Nous ne sommes pas au bout de nos peines. Nous nous attendons à ce que les tempêtes se poursuivent au moins jusqu’au 18 janvier », a-t-il ajouté.

Selon ses services, les tempêtes des dernières semaines ont causé au moins 18 morts, soit « plus que les feux de forêt des deux dernières années ».

A Paso Robles, dans le centre de l’Etat, un enfant de cinq ans a été emporté par les flots lundi pendant que sa mère le conduisait à l’école. Il était toujours porté disparu mercredi.

« Ma femme est complètement bouleversée d’avoir survécu sans lui », a confié au Los Angeles Times son père, Brian Doan. « Elle a fait de son mieux. »

Selon lui, mère et fils ont été piégés par l’eau dans leur voiture. Lorsqu’elle a essayé de faire sortir l’enfant, ils ont été séparés par le courant et elle a été secourue par des voisins, qui n’ont pas réussi à récupérer le garçon.

Des recherches sont toujours en cours et « nous poursuivrons (…) jusqu’à ce que nous le trouvions », ont assuré les services du shérif du comté de San Luis Obispo aux médias locaux.

Selon le Los Angeles Times, le bilan meurtrier des dernières tempêtes inclut des automobilistes piégés par les inondations dans leurs voitures, des habitants écrasés par des chutes d’arbre, un couple tué par un éboulement et des corps charriés par les flots.

Lundi, la ville de Montecito, repaire de célébrités où vivent notamment le prince Harry et Meghan Markle, a été visée par un ordre d’évacuation, levé le lendemain.

La Californie subit actuellement « un assaut sans fin de rivières atmosphériques », inédit depuis 2005, selon les services météo. Ces « rivières du ciel », qui se forment grâce à la vapeur d’eau des tropiques et voyagent pour ensuite déverser des trombes d’eau sur la côte ouest des Etats-Unis, sont rarement si fréquentes.

S’il est difficile d’établir un lien direct entre ces tempêtes en série et le changement climatique, les scientifiques expliquent régulièrement que le réchauffement augmente la fréquence et l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes.

La tempête de la semaine dernière avait déjà privé d’électricité des dizaines de milliers de personnes, causé de fortes inondations et provoqué des glissements de terrain. Elle était survenue quelques jours seulement après un autre déluge de pluie le soir du réveillon du Nouvel An.

Elles ne suffiront toutefois pas à reconstituer les réserves d’eau en Californie. Plusieurs hivers de précipitations supérieures à la normale seraient nécessaires pour compenser la sécheresse des dernières années, selon les experts.

hg/rfo/led

© Agence France-Presse