Il y a 50 ans dans La Dépêche : G.Flosse et C.Taufa candidats à la députation

Charles Taufa, candidat à la députation, et son suppléant Maco Tevane.
Charles Taufa, candidat à la députation, et son suppléant Maco Tevane. (Archives LDT)

Hugues Laughlin, président de la chambre d’agriculture et de l’élevage depuis 5 ans, se rallie à la candidature de Gaston Flosse, président de l’assemblée territoriale, président de l’UT-UDR, pour les élections législatives de mars 1973. Le suppléant de Gaston Flosse est Jacques Teuira.

Il en profite pour déclarer que « avec le député Francis Sanford, les agriculteurs et les éleveurs ont été pratiquement mis à l’écart et les intérêts politiques passaient avant les intérêts du Pays. »

Le groupe des Indépendants fait aussi connaître, quelques jours plus tard, la candidature officielle de Charles Taufa, conseiller de gouvernement, à la députation. Maco Tevane sera son suppléant.

Rémi Tauraa se tue, malgré son casque, en percutant un arbre en scooter, près de l’hôtel Tahiti à Faa’a.

La passagère du pilote tué est indemne.

Deux agressions de femmes seules, à deux heures d’intervalle à Taunoa et au Taaone sont enregistrées par les gendarmes de la brigade de Pirae. Le jeune voyou, surpris en train de voler dans un fare, frappe sa première victime à l’aide d’une grosse tringle à rideaux. Finalement chassé, il vole un coupe-coupe dans un autre fare et se présente comme jardinier à une autre femme, qui ne le croit pas… Alors qu’elle appelle son voisin, l’agresseur lui donne des coups sur la nuque et l’avant-bras. Arrêté par la police, il reconnaît immédiatement les faits.

Partie de Brest le 26 octobre, et après un séjour à Moruroa, la Jeanne d’Arc, porte-hélicoptères, arrive dans le port de Papeete.

Les marins de la Jeanne d’Arc chaleureusement accueillis à Papeete.

Accusé d’avoir pêché dans les eaux territoriales, le navire sud-coréen Sam Wong II fait l’objet d’une saisie ordonnée par le tribunal de Papeete. L’armateur décide finalement de s’acquitter de l’amende de 650 000 F afin de récupérer son bateau.

La situation exceptionnelle du motu Pouuru, plus connu comme « l’îlot roti » au PK 49 à Mataiea, s’apprête à accueillir un hôtel. La Société hôtelière et touristique de Mataiea trouve l’appui enthousiaste du maire, William Coppenrath. Sont prévus 25 bungalows et quatre blocs de quatre chambres disséminés dans la cocoteraie, pour un coût total évalué à l’époque à 80 millions de francs.

Le motu Pouuru à Mataiea.

Une Fiat 125 tombe, avec quatre hommes à bord, dans le port de Papeete à environ 8 mètres de fond en face de la fontaine du Front de mer. Les passagers s’en sortent saints et saufs.

Pan Am annonce un vol direct de Papeete à Auckland trois fois par semaine.

Un jeune cétacé s’échoue, moribond, sur hauts-fonds de Ahonu à Mahina. L’animal ne porte pas de blessures apparentes et quelques personnes de bonne volonté entreprennent de le remorquer jusqu’à l’embouchure de la rivière. A bout de forces, il rend finalement son dernier soupir.

Le mammifère marin, épuisé, ne survit pas malgré les efforts de la population.

Trois professionnels du rire, Jean Rigaux, Jean Valton et Pierre Repp viennent à Tahiti se produire à l’Opel.

Pierre Repp, à droite, est réputé pour sa capacité à « zozoter ».

Le Lion’s Club reçoit, à l’hôtel Matavai, Jean Suhas, directeur de l’ORTF qui donne d’intéressantes précisions sur le programme d’extension de l’Office en Polynésie française.

Le nouveau secrétaire général de la Polynésie française, Maurice Valy, arrive en compagnie de son épouse et de ses trois enfants.
Un total de 1500 tonnes de pastèques ont été mangées à Papeete en 1972.
Les ventes aux enchères connaissent un beau succès à Tahiti.