Grève à l’hôpital : les syndicats reçus ce mercredi à la Présidence

Les agents de l’hôpital déplorent une augmentation considérable de leur activité et demandent des moyens supplémentaires pour assurer la qualité et la continuité des soins.
Les agents de l’hôpital déplorent une augmentation considérable de leur activité et demandent des moyens supplémentaires pour assurer la qualité et la continuité des soins. (Photo : archives LDT)

L’intersyndicale du Centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF) qui a déposé un préavis de grève ce vendredi 13 janvier pour dénoncer le « refus de financement de l’augmentation d’activité de l’hôpital » sera reçue ce mercredi 18 janvier à 8 heures à la Présidence. 

Les délégués syndicaux sont invités pour la première fois, depuis leur dépôt de préavis de grève, à la table des négociations à laquelle participeront la directrice de l’hôpital, Claude Panero, le ministre de la Santé Jacques Raynal et le ministre des Finances en charge de la protection sociale généralisée, Yvonnick Raffin. 

Selon un communiqué de presse de l’intersyndicale, en date du 16 janvier, l’augmentation de l’activité hospitalière n’a pas été intégrée dans le budget 2023, voté in extremis par le conseil d’administration du CHPF, le 12 janvier dernier.

Les agents de l’hôpital déplorent une augmentation considérable de leur activité et demandent urgemment des moyens supplémentaires pour assurer la qualité et la continuité des soins. Des moyens qui par ailleurs ont été chiffrés, selon l’intersyndicale, par la direction du CHPF mais qui n’ont pas été pris en compte dans le budget 2023. 

De plus, l’intersyndicale regrette que le budget voté jeudi dernier par le conseil d’administration du CHPF ne soit basé que sur des promesses d’avance de trésorerie et de subventions supplémentaires qui n’assurent pas, selon eux, la pérennité du budget pour les années à venir. 

L’intersyndicale explique que les personnels de l’hôpital ne tolèrent pas ce refus de financement qui montre selon elle un manque de considération par rapport à tous les efforts consentis depuis de nombreuses années et largement visibles durant la crise Covid. 

Si les négociations n’aboutissent pas ce mercredi, le personnel hospitalier entrera en grève jeudi 19 janvier à zéro heure.