ChatGPT, la start de l’IA

Lancé il y a moins de deux mois, en novembre 2022, ChatGPT est un produit de la société OpenAI qui vous permet de discuter avec une intelligence artificielle (nommée GPT) sous la forme d’un simple «chat», comme sur Signal ou Messenger.

Vous pouvez donc vous connecter au site web situé à l’adresse https://chat.openai.com/chat et poser autant de questions que vous voulez à «ChatGPT». Il peut vous donner à la volée un scénario de film de super-héros américain, la recette du poulet citron ou même vous donner des recommandations sur comment annoncer à vos enfants que le Père Noël n’existe pas.

Mais attention, parce que cette «intelligence artificielle» porte très bien son nom : elle est artificielle. Même si le contenu qu’elle régurgite est plus ou moins nouveau, elle s’appuie sur une quantité gigantesque de données existantes, créée par nous, les humains.

Si vous vouliez installer « GPT » sur votre ordinateur, il vous faudrait 800 Go de stockage. Juste pour le stockage. Ensuite, pour faire fonctionner le logiciel, il vous faudrait beaucoup de RAM et un processeur bien costaud. ChatGPT vous affranchit de tout cela et vous donne accès à GPT depuis n’importe quel navigateur web.

Bon, c’est bien gentil, mais alors quoi ? Et bien alors, il se trouve que comme pour les calculatrices qui nous évitent le calcul mental et par conséquent nous rendent fainéants, ChatGPT pourrait bien faire de nous des fainéants de la réflexion. Pourquoi s’embêter à réfléchir quand ChatGPT, ou Google, ou Wikipédia, ont la réponse ?

Et bien simplement pour une question d’autonomie, être capable de s’occuper de soi-même., de réfléchir par soi-même. Parce qu’on l’oublie trop facilement, mais toutes ces technologies sont très fragiles. Bien plus qu’un boulier ou qu’une simple calculatrice. Sans connexion à Internet, pas de ChatGPT, pas de Google. Sans électricité, pas d’Internet.

Ne vous méprenez pas, ces technologies sont formidables et ont de vrais avantages. Mais parmi leurs inconvénients, il y a le fort risque de dépendance. Tout parent ayant essayé d’enlever une Switch à un ado sait de quoi il s’agit.

Alors sachons accueillir ces technologies pour ce qu’elles sont, de « simples » outils, sans négliger notre mémoire, notre capacité de réflexion, et surtout notre capacité à s’en déconnecter. La semaine prochaine, on parlera de Starlink, le réseau de satellites d’Elon Musk, promettant un accès haut-débit à Internet n’importe où sur la planète.

Pita