Olympiades de biologie : les lycéens de Papara à l’étape du peaufinage

Professeur de Sciences de la vie et de la Terre (SVT) au lycée Tuianu Le Gayic de Papara, Aimana Croisie s'occupe du bon déroulement des Olympiades de biologie, une compétition nationale et internationale visant à rassembler les élèves de tout territoire en équipe de 2 à 4 et à leur proposer de réaliser une vidéo.
Professeur de Sciences de la vie et de la Terre (SVT) au lycée Tuianu Le Gayic de Papara, Aimana Croisie s'occupe du bon déroulement des Olympiades de biologie, une compétition nationale et internationale visant à rassembler les élèves de tout territoire en équipe de 2 à 4 et à leur proposer de réaliser une vidéo. (Photo Manutea Garcia)

Professeur de Sciences de la vie et de la Terre (SVT) au lycée Tuianu Le Gayic de Papara, Aimana Croisie montre, à travers la participation de ses élèves à un grand concours académique, l’engagement en faveur des disciplines scientifiques.

Cette année, pour la première fois, il s’occupe du bon déroulement des Olympiades de biologie, une compétition nationale et internationale visant à rassembler les élèves de tout territoire en équipe de 2 à 4 et à leur proposer de réaliser une vidéo.

De 3 à 5 minutes, elle tournera autour d’un thème : l’eau et le vivant. Mêlant recherches théoriques et expériences pratiques, les élèves ont vocation à rencontrer des acteurs du domaine (chercheurs, professeurs, etc) en plus de créer des liens entre leur sujet et des thématiques actuelles comme le réchauffement climatique. Le tout en autonomie complète pour qu’ils puissent avancer dans leur propre direction.

Ce projet de grande envergure vise à promouvoir les disciplines scientifiques et à susciter l’intérêt d’une réflexion. Néanmoins, le 10 février, les 46 élèves concernés de Polynésie française devront rendre définitivement leur création.

La dernière étape à effectuer est le montage de leur vidéo. Même s’ils rencontrent des difficultés dans leur projet, Aimana ne doute pas de leurs capacités. Il relativise. La maîtrise des réseaux sociaux comme TikTok va leur permettre d’avancer rapidement sur cette étape.

La deuxième partie de la compétition, les oraux, aura lieu le 15 février. Les élèves devront commenter et expliquer leur réflexion du sujet de leur vidéo. Par la suite, le jury n’aura que jusqu’au 17 février pour désigner l’équipe locale qui participera ainsi à la compétition nationale. Et qui sait ? Peut-être qu’une équipe locale sera sélectionnée aux Olympiades internationales de Biologie ?

Aimana est confiant. Des équipes comme celles de Bora Bora ont déjà rendu leur production et celles-ci ne manquent pas d’originalité.

La géologie aussi

D’autres projets sont d’ailleurs en préparation. Dans le courant de l’année se dérouleront également les Olympiades de géologie. Autour d’une épreuve écrite, une centaine d’élèves inscrits analyseront, sur fond d’actualités, un sujet de géologie. Là encore, Aimana reste optimiste. Les épreuves continueront par la suite au niveau national. Les gagnants partiront en France métropolitaine défendre les couleurs de la Polynésie française.

L’année 2023 s’annonce ainsi intéressante pour les élèves de lycées et collèges. Aimana évoque également un autre projet. La fondation Tara, qui travaille à une meilleure compréhension et protection des océans, propose aux élèves de l’Hexagone et d’outre-Mer d’expérimenter la recherche à leur échelle.

Avec l’opération « plastique à la loupe », les élèves choisiront une plage ou une berge voisine de leur établissement et y feront des prélèvements destinés à établir quelle quantité de matières plastiques s’y trouvent.

Une manière de sensibiliser à la pollution en y apportant une expérience du terrain, une pratique. En tout, 15 établissements s’y sont inscrits et certains ont déjà pu réaliser des prélèvements.

« L’intérêt est de montrer un état des lieux de la pollution directement aux élèves » déclare Aimana. Et ainsi, faire en sorte que les établissements scolaires se rapprochent davantage des communes et participent tous activement à la lutte pour la protection de l’environnement.

Aimana promet qu’il continuera d’accompagner les élèves dans leurs projets et ainsi susciter la culture de la curiosité.

Manutea Garcia