La candidature des Marquises au patrimoine mondial officiellement déposée à l’Unesco

"Pour nous le travail n’est pas fini. Il nous faudra organiser la mission des experts de l’Unesco sur le terrain, aux Marquises. Ils sont attendus en septembre et viendront constater la réalité de tout ce qui est présenté dans le dossier" a expliqué Heremoana Maamaatuaiahutapu.
"Pour nous le travail n’est pas fini. Il nous faudra organiser la mission des experts de l’Unesco sur le terrain, aux Marquises. Ils sont attendus en septembre et viendront constater la réalité de tout ce qui est présenté dans le dossier" a expliqué Heremoana Maamaatuaiahutapu. (Photo : présidence)


Le dossier de candidature des îles Marquises au patrimoine mondial a été officiellement déposé, ce mardi 24 janvier à Paris par Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de la Culture, à la délégation française de l’Unesco, selon un communiqué de la présidence.

Le dépôt s’est effectué en présence de Véronique Roger-Lacan, ambassadrice déléguée permanente de la France auprès de l’Unesco, de Bruno Favel, directeur du département des affaires européennes et internationales au ministère de la Culture, et de Vincent Montrieux, sous directeur de la qualité du cadre de vie.

« C’est 8 ans de travail. Quand je suis arrivé au gouvernement en 2014, c’était un des dossiers
que le Président du gouvernement m’avait demandé de porter avec le classement du marae
de Taputapuatea »
a déclaré avec émotion le ministre polynésien de la culture.

Un dossier conséquent, à la documentation très complète, selon le ministère.

« Nous avons essayé, en effet, de répondre à toutes les exigences et recommandations de l’Unesco pour finaliser ce dossier initié en 1993 par les élus marquisiens. Ce fut un travail de longue haleine » a-t-il confié.

« Etape décisive »

Un travail destiné à répondre à une demande forte des maires et de la population des
Marquises pour obtenir cette inscription de l’Unesco, qui devrait être une reconnaissance
de plusieurs millénaires de vie sur ces îles.

Après avoir passé les différentes phases de validation par le Comité français du
patrimoine mondial, ce dépôt marque, selon le ministère, une étape décisive dans le cadre du long processus de reconnaissance internationale.
« Pour nous, le travail n’est pas fini. Il nous faudra organiser la mission des experts de l’Unesco sur le terrain, aux Marquises. Ils sont attendus en septembre et viendront constater la réalité de tout ce qui est présenté dans le dossier. Le travail continue donc, mais c’est une étape importante » a affirmé Heremoana Maamaatuaiahutapu.

De son propre aveu, le plus difficile a été de répondre aux critères d’un bien mixte, c’est-
à-dire nature et culture, et de faire en sorte que le dossier soit cohérent, sachant que c’est
aussi un bien en série. « Je pense qu’au niveau de l’Unesco ce sera une première. Jamais un dossier n’a été aussi compliqué. Je tiens vraiment à remercier tous ceux qui ont travaillé à nos côtés ».

Le ministre polynésien a tenu à souligner qu’en ces temps troublés au niveau mondial, il
est important de faire savoir qu’il existe des endroits où le lien entre l’homme et la nature
est préservé. « Ce sont des messages essentiels au moment où l’on sort du Covid, cette
pandémie meurtrière, au moment aussi où des conflits se profilent ici en Europe mais aussi
dans le Pacifique ».

Le dossier est désormais entre les mains du Comité du patrimoine mondial qui a 18 mois
pour examiner sa qualité. L’annonce d’une possible inscription devrait intervenir à l’été
2024.