Tahiti Awakens – Léa Hahn réunit les riders du fenua à la maison de la culture

Projet porté à bout de bras depuis 2019, Léa Hahn peut enfin savourer sa soirée avec son public. (Photo : Wendy Cowan)

Mardi 24 janvier au soir, au grand théâtre de la maison de la culture, c’est tout le gratin du surf local qui s’était donné rendez-vous pour assister à l’avant première du film « Tahiti Awakens ». Écrit et réalisé par la jeune Léa Hahn, 25 ans, le film vous emmène au coeur des grosses houles de 2019.

De Matahi Drollet en surf à Teahupo’o, à Nicholas Richard en bodyboard sur les spots secrets de Hitia’a, les images captivent. Des sessions d’anthologie commentées tout du long par les grands noms du surf polynésien : Mihimana Braye, Kevin Bourez, Kauli Vaast…pour ne citer qu’eux. 

Et à travers « Tahiti Awakens », c’est également l’éveil des sens que Léa suscite : Une sensibilité, une connexion, à la mer et ses mystères. « Être dans l’eau lorsque les grosses houles arrivent sur nos spots, c’est une énergie particulière. Une énergie que je souhaite partager » déclare-t-elle. 

Photographe et vidéaste aquatique depuis 5 ans, la jeune Polynésienne écume les différents spots de surf et immortalise ces moments de partage et d’amitié, forgés au gré des houles.

« Le but de ce film était vraiment aussi de réunir tout le monde » confie Léa. « On se voit les uns et les autres sur les différents spots, mais on ne se retrouve jamais tous ensemble, le temps d’une soirée, en dehors de l’eau, et c’est dommage. Mais ce soir on est enfin tous là, et c’est que du bonheur. »

Une soirée qui a tenu toutes ses promesses. Applaudissements, cris, éclats de rire, ont rythmé la projection.  » Quand j’ai entendu la réaction des gens durant le film, j’ai tout de suite su pourquoi j’avais fait tout ça, tous ces sacrifices. C’est que du plaisir. C’est que du bonheur ! » 

Une production saluée par un public de connaisseurs. Tahurai Henry, figure emblématique à Teahupo’o témoigne à la sortie : « C’est un beau film ! J’avais oublié à quel point 2019 avait été riche en émotions. Et puis on y retrouve de bonnes valeurs. Il va vraiment falloir le re-regarder, pour s’imprégner et l’apprécier comme il faut. »

« Nous on l’a vue grandir, elle, mais aussi son talent » ajoute Tahurai avant de conclure « On a toujours vu chez elle beaucoup d’amour pour son job, et je pense que c’est ça qui l’a menée jusque là. Ce soir la salle était remplie, 800 personnes je crois, chapeau Léa ! »