L’ancien danseur de hip-hop enchaîne les trafics d’ice et écope de 7 ans de prison

Après avoir trouvé près de cinq kilos de méthamphétamine dans la première valise, les gendarmes avaient découvert seize autres kilos... (Photo : Douanes)
(Photo d'illustration, archives, Douanes)
Temps de lecture : 3 min.



Le 13 juin 2023, un homme de 29 ans, la tête pensante du trafic, était jugé avec deux autres personnes impliquées dans une importation record de 21 kilos d’ice. De la drogue saisie à Raiatea, le 17 mars 2022, dans la cabine d’un bateau de croisière en provenance des Etats-Unis. Il a été condamné à sept ans de prison ferme. Ses deux complices ont pris quatre ans. Une peine ferme pour la mule interpellée près du bateau, mais assortie de trois ans avec sursis pour un simple intermédiaire.

La quantité record saisie, mais aussi le mode d’acheminement sur le territoire, un bateau de croisière, avait mis l’affaire en haut de l’affiche en mars 2022, notamment via la Direction territoriale de la police nationale et Mario Banner qui avait qualifié cette saisie “d’historique”.

Pourtant, il s’en est fallu de peu pour que la tentative réussisse. C’est la panique de la mule de 27 ans, qui en changeant les plans au dernier moment, avait fait capoter l’opération. Lorsqu’il arrive à Raiatea, le MS Zuiderman en provenance de Hawaii effectue un simple transit sur l’île sacrée, il est donc logiquement impossible de descendre des bagages.

Pourtant, c’est avec une valise qu’un homme se présente au débarquement. On lui explique alors que c’est impossible. La consigne du donneur d’ordre était pourtant d’effectuer plusieurs allers-retours avec un simple sac à dos pour descendre la drogue. Un complice l’attend sur le quai.

La tête de réseau ne s’est pas déplacée et a simplement commandé deux voitures de location. Cette étrange volonté de vouloir “déposer une valise sur le quai” éveille les soupçons du personnel de bord. Un personnel qui a déjà signalé une forte odeur de cannabis qui s’échappe d’une cabine. C’est celle de l’homme en question qui, lorsqu’il remonte à bord, est attendu par les gendarmes.

Il est donc minutieusement contrôlé, et après avoir trouvé près de cinq kilos de méthamphétamine dans la première valise, les gendarmes découvrent seize autres kilos. Des boudins de drogues sont dissimulés dans un ampli, un djembé, d’autres sachets se trouvent dans des pots de complément alimentaire à double fond.

Lors de sa garde à vue, le jeune homme, skipper, n’a pas tardé à reconnaître les faits et à donner le nom de celui qui lui a proposé l’affaire. Fumeur de paka depuis ses 9 ans, addict à l’ice depuis qu’il en a 17, il ignorait l’énorme quantité de drogue camouflée dans les objets récupérés. L’enquête révèle que son donneur d’ordre, du même âge, n’est en fait lui aussi qu’un pion téléguidé par un homme qui n’en est pas à son coup d’essai.

Déjà impliqué dans des importations de plusieurs kilos

La tête pensante, ancien danseur autrefois soutenu par le Pays pour des compétitions internationales, est déjà impliqué dans une importation de deux kilos en 2019 pour laquelle il a été condamné à quatre ans de prison. Une autre procédure est toujours en cours d’instruction, avec là encore le même jeune homme, pour une quantité de neuf kilos saisis à l’aéroport de Tahiti Faa’a en 2021.

Il reconnaît avoir été motivé uniquement par l’appât du gain, car il n’a jamais fumé d’ice ni de paka, pas même une cigarette. Il n’a pourtant, selon son avocat, aucun patrimoine existant et aucun bien n’a été saisi. Il avoue avoir ce projet d’importation via un bateau de croisière à l’esprit depuis 2019.

Après avoir recruté un ami d’enfance, profitant de la grave maladie de celui-ci qui veut “profiter de la vie”, il dit vouloir partir en croisière avec lui. Puis il se désiste, son ami également, et la croisière à trois se transforme en un périple solitaire pour le jeune skipper aux antécédents familiaux difficiles, qui avoue avoir accepté de prendre le risque du convoyage contre la promesse de toucher 50 millions de francs. Il n’a rien d’autre à faire que d’embarquer différents types de bagages sur le bateau, les dealers mexicains contactés par le chef du réseau ont déjà dissimulé la drogue, la croisière est payée.

Deux milliards de francs de bénéfices

Deux milliards de francs de bénéfice, e sont les prévisions faites par celui que la procureure qualifie “d’entrepreneur de la drogue”. Il a investi sept millions de francs et prévoit deux milliards de bénéfices, même s’il brade la cargaison à l’arrivée. Procureure qui, pleine de sarcasmes, félicite le principal prévenu pour ses talents de directeur des ressources humaines et de comptable…

Elle requiert sept ans de prison ferme à son encontre. Le tribunal la suit et prononce également une peine de quatre ans, dont trois avec sursis pour l’ami malade qui risque une amputation, et ne devrait donc pas retourner en cellule.

Le porteur de valise croisiériste, lui, est maintenu en détention pour quatre ans. L’absence d’un représentant des douanes, habituellement promptes à réclamer des centaines de millions, n’a pas été commentée pendant l’audience. Les prévenus s’en sortent donc sans amende douanière.

Compte-rendu d’audience Y.P