Une majorité de fonctionnaires d’Etat compose le groupe Tavini à l’assemblée

En pourcentage, le groupe Tavini est composé de 31% de fonctionnaires d’Etat, 8% de fonctionnaires territoriaux et 26% de travailleurs du secteur privé. (Photo : archives La Dépêche)
(Photo : archives La Dépêche)
Temps de lecture : 2 min.

La Dépêche de Tahiti a voulu s’intéresser aux métiers des représentants à l’assemblée de la Polynésie française en 2023. Il en ressort que le pourcentage de fonctionnaires d’Etat, du Pays et des communes demeure important. Cependant la proportion des représentants venant du secteur privé progresse.

Faire de la politique reste, selon cette photographie, le domaine privilégié des fonctionnaires qui ont surtout l’avantage de retrouver leur emploi, s’ils ne sont plus réélus. Il est intéressant de signaler une diversité de personnalités au sein de cette nouvelle assemblée, venant de tous les horizons professionnels : agriculture, entrepreneuriat, pêche, etc.

La prime majoritaire a offert une opportunité inespérée pour toute une catégorie professionnelle, d’habitude mal positionnée sur les listes électorales. En dehors de quelques figures du Tavini qui se comptent sur les doigts de la main, la majorité des représentants indépendantistes est inconnue du grand public.

Au sein du groupe Tavini majoritaire, composé de 38 représentants, la présence de fonctionnaires d’Etat y est la plus importante avec 18 agents (actifs, retraités et députés), 5 fonctionnaires territoriaux et 15 représentants en provenance du secteur privé. En pourcentage, le groupe Tavini est donc composé de 31% de fonctionnaires d’Etat, 8% de fonctionnaires territoriaux et 26% de travailleurs du secteur privé.

Le deuxième groupe en importance, celui du Tapura, est constitué de 6 fonctionnaires territoriaux, 2 fonctionnaires d’Etat et 8 représentants du secteur privé. En pourcentage, le groupe Tapura est donc composé de 10% de fonctionnaires territoriaux, 3% de fonctionnaires d’Etat et 14% d’agents du secteur privé.

Enfin, les élus du parti A Here Ia Porenetia (Ahip) sont composés d’une fonctionnaire d’Etat, et de deux représentants du privé.

Quels enseignements tirer de ce constat ?

D’abord, la proportion de fonctionnaires d’Etat au sein du groupe Tavini, venant en majorité de l’Education nationale, interroge ! Comment un parti politique, qui s’inscrit dans un processus indépendantiste, peut-il avoir autant de représentants qui émargent dans une administration dont ils veulent s’émanciper ?

Ensuite, le groupe Tapura, à l’inverse du groupe Tavini, comptabilise davantage de fonctionnaires territoriaux que de fonctionnaires d’Etat. Ce nombre est-il le fruit du hasard ?

Enfin, le nombre de représentants venant du secteur privé est en nette progression. Ils représentent désormais 43% de cette nouvelle assemblée, toutes sensibilités politiques confondues.

Il faut s’en réjouir : nous aurons au cours de cette mandature une diversité de représentants, pour la plupart jeunes en politique. Espérons que les propositions qui émaneront de cette nouvelle configuration de l’assemblée seront à la hauteur des espoirs !