Les crevettes locales sont de retour

(Photo : ACL/LDT)
Temps de lecture : 2 min.

Après plus de trois mois d’attente, la ferme Aquapac de Teahupo’o retrouve son rythme de croisière. Mardi 17 octobre 2023 était un grand jour pour les 15 salariés de l’entreprise spécialisée dans la production de crevettes bleues : c’était jour de pêche, l’occasion de ressortir les filets dès le lever du jour.

“On est tous contents de reprendre”

Comme affiché sur la porte d’entrée, une “rupture de stock” avait inquiété toute la filière, en juin dernier. “Nous avions terminé de vider les bassins début juillet, au moment où nous avons enfin reçu les post-larves de l’écloserie”, se souvient le responsable de production, Patrick Ng Pao, dans le métier depuis plus de 40 ans.

Oxygène, salinité, algues, alimentation quatre fois par jour, tout était étroitement contrôlé pour mener le grossissement à son terme. “On est tous contents de reprendre : fini le mi-temps ! C’est important pour nous et pour la société. On n’est pas encore à 20 grammes, mais seulement à 18, donc les prix seront un peu plus bas. Malgré cette petite taille, on a des commandes, surtout de la part des professionnels”, indique-t-il.

Une bonne nouvelle pour les restaurateurs et les consommateurs

Les réflexes sont toujours là. Aussitôt pêchés, les 600 kg du jour ont été rincés à l’eau de mer, avant de passer par une phase de tri à la main, selon trois calibres. “On conditionne en sachets de 1 kilo pour les particuliers et les magasins, et en cagettes pour les professionnels. On en a pour 2 heures environ, en sachant que le livreur doit partir vers 7 heures, car il est attendu !”, explique Momo Tihoni, ouvrier aquacole depuis 10 ans.

Des restaurants devraient donc pouvoir remettre les crevettes locales à la carte dès ce midi pour le plus grand plaisir de leurs clients. “On a de la demande tous les jours ! Les crevettes importées, ce n’est pas pareil… J’espère en avoir d’ici vendredi pour le service de ce week-end. En général, on en cuisine 60 kilos par semaine, en curry, au gros sel ou sautées”, remarque Rose Wilkinson, restauratrice à Toahotu. Les étals des grandes surfaces seront également approvisionnés.

Pour la reprise et dans un souci de fraîcheur, les pêches seront quotidiennes. “La production est là. On a prévu entre 30 et 40 tonnes sur ce cycle, et on a déjà deux autres cycles lancés, un début août et un autre il y a deux semaines. C’est reparti au niveau de l’écloserie, donc on croise les doigts pour que ça continue comme ça”, conclut Patrick Ng Pao. “On est sur de bons rails”, nous a-t-on confirmé du côté de l’écloserie de Vairao. C’est donc officiel : il y aura des crevettes locales à Noël.

La production aussi relancée à Toahotu et Moorea

À la ferme Mitirapa Blue Pearl Shrimp de Toahotu, où les crevettes sont élevées en mer, Toa Vivish a lui aussi retrouvé le sourire. Il a toutefois opté pour une stratégie à plus petite échelle, mais avec de plus gros calibres. “Il me reste encore des cages d’avant l’hécatombe, que j’ai poussées le plus longtemps possible pour avoir de grosses crevettes de 35 à 40 grammes pour une récolte d’ici fin octobre. Et on a lancé un nouveau cycle de 4 cages à la reprise de l’écloserie et un autre de 9 cages dernièrement. Je reprends doucement, le temps de remonter la pente, mais je suis super content de relancer la production !”, confie le jeune aquaculteur. La ferme d’Opunohu, à Moorea, aurait également des cycles en cours.