Conférence – “Les Océaniens dans l’Hexagone, première approche”

L'évènement se déroulera du mercredi 31 janvier au vendredi 2 février, dans les locaux de l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (INSPÉ) situé au campus de l’Université de la Polynésie française (UPF). (Photo : DR)
Temps de lecture : < 1 min.

L’Université de Polynésie (UPF) organise une conférence intitulée Les Océaniens dans l’Hexagone, première approche, dans le cadre du cycle de conférences Savoirs pour tous

La thématique entre dans un projet de recherche plus vaste qui examine les circulations, l’insertion, les pratiques sociales et culturelles ainsi que les identités ou les catégorisations des populations de nationalité française et d’origine océanienne (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis-et-Futuna) installées dans l’Hexagone. La conférence abordera les lieux et les motifs de ces migrations, notamment depuis la Polynésie française, ce qui esquissera la manière dont s’intègrent ces populations insulaires dans l’Hexagone.

“La posture de recherche est délibérément inductive, reposant sur une approche quantitative, fondée sur le traitement des données brutes et complètes du recensement de la population 2020 de l’INSEE dans l’Hexagone, et d’une approche qualitative, reposant sur des dizaines d’entretiens semi-directifs. Cette étude inédite débouchera sur une étude de cas, celle de l’aire toulonnaise, plus forte concentration d’Océaniens dans l’Hexagone” précisent les chercheurs.

Pratique

Les océaniens dans l’Hexagone, première approche

  • Mardi 31 octobre 2023 de 18 heures à 19h30
  • Amphi A2, Campus de l’UPF
  • Entrée libre

Biographie du conférencier

Agrégé de géographie, professeur des universités à Université Côte d’Azur, Jean-Christophe Gay est membre du laboratoire URMIS (CNRS-IRD-UniCA-Université Paris Cité). Chargé de recherche à l’IRD à Arue de 1987 à 1989 sur le programme de l’Atlas de la Polynésie française, il a été par la suite maître de conférences à l’université de La Réunion, professeur à Montpellier-III puis codirecteur scientifique de l’Atlas de la Nouvelle-Calédonie (IRD, 2009-2014), en poste à Nouméa pendant trois ans.