Groupe électrogène de secours : “On ne peut pas se permettre de ne pas avoir de courant”

Un investissement conséquent pour cette supérette de Toahotu, mais "indispensable" pour s’assurer de conserver les marchandises au frais en cas de travaux ou de panne sur le réseau électrique, comme ce vendredi matin (Photos : ACL/LDT).
Temps de lecture : < 1 min.

À Tahiti, ce Black Friday restera gravé dans les annales. Vendredi 24 novembre 2023, la coupure d’électricité aura duré entre une et cinq heures, selon les communes.

En cette journée promotionnelle, rares sont les commerçants qui ont échappé au black-out. Pour se prémunir de ce type de désagrément, certains professionnels font le choix de s’équiper à leurs frais. C’est le cas du magasin d’alimentation générale Ben & Co, à Toahotu.

Un investissement coûteux, mais “indispensable”

“Ça fait cinq ans qu’on a investi dans un groupe électrogène, justement à cause des coupures de courant programmées ou accidentelles, qui sont fréquentes ici. On ne peut pas se permettre de ne pas avoir de courant pendant une heure, à la fois pour accueillir la clientèle et conserver toutes nos marchandises au frais”, explique Claudia, cogérante de la supérette, lassée de risquer de perdre plusieurs fois par an tous ses produits réfrigérés et surgelés.  

Un investissement coûteux de 2,5 millions de francs pour cet équipement imposant, mais “indispensable” de jour comme de nuit, selon la commerçante. “C’est un bon investissement. C’est un gros modèle pour pouvoir supporter tous nos appareils : frigos, système de surveillance, lumières, caisses, etc. Quand il y a une coupure, tout s’éteint cinq secondes et ça repart automatiquement, car le groupe se lance tout seul”.

“Ça nous a évité de paniquer, ce matin : on a pu continuer à travailler normalement, alors qu’avant, c’était vraiment la galère !”, se souvient, sans regret, la responsable. Une solution toutefois temporaire, car il s’agit aussi d’être en mesure d’alimenter la machine en gasoil.

Lire aussi

Coupure générale d’électricité sur l’ensemble de Tahiti

Black-out : une casse mécanique sur un isolateur à l’origine du problème