JO 2024 – Matahi Drollet : “Aucune compétition ne justifie la destruction de la nature”

Le nouveau projet de "tour allégée" ne convient pas à Vai Ara O Teahupo'o. Le surfeur et porte-parole de l'association a publié une seconde vidéo sur sa page Instagram, ce dimanche (Photos : Matahi Drollet/Paris 2024).
Temps de lecture : 2 min.

La proposition de tour “plus sobre” de Paris 2024 est rejetée par les principaux opposants. Dimanche 26 novembre 2023, le surfeur et membre de l’association Vai Ara O Teahupo’o, Matahi Drollet, s’est exprimé à ce sujet sur sa page Instagram dans une seconde vidéo, filmée face au chantier de réhabilitation de la marina de Teahupo’o.

En réponse au communiqué de presse conjoint du gouvernement de la Polynésie française, de l’État et de Paris 2024 en date du vendredi 17 novembre 2023, le porte-parole considère que “on nous ment” et “ce n’est pas une bonne nouvelle”. Le projet de tour en aluminium a été allégé, mais ce n’est pas suffisant pour l’association qui reste en faveur du maintien de la tour en bois pour éviter de construire de nouvelles fondations, au cœur du problème.

Interventions de Mati Hoffmann et Titouan Bernicot

Dans la vidéo, un des bâtisseurs des fondations de la tour en bois, Mati Hoffmann, assure qu’un cahier des charges techniques “a été respecté” et que, vingt ans après, “les fondations sont encore intactes”. “Creuser 56 trous supplémentaires représente un risque considérable pour le platier”, estime-t-il. Titouan Bernicot, fondateur de Coral Gardeners, est aussi pris à témoin. Conscient de l’ampleur de la tâche pour les organisateurs, il considère toutefois que “il est certain que ce projet aura un impact sur l’écosystème corallien de Teahupo’o”.

Matahi Drollet regrette par ailleurs que l’association n’ait toujours pas eu accès aux études indiquant que les fondations actuelles ne sont plus aux normes de sécurité, “malgré des centaines de demandes”, supposant qu’il y a “quelque chose à cacher ?”.

Un message adressé à Emmanuel Macron

Le surfeur évoque aussi la visite manquée de Anne Hidalgo, sur les conseils de Moetai Brotherson. “Qu’on aurait pu mettre la maire de Paris en danger est une offense”, déclare-t-il, en faisant le parallèle avec la manifestation du dimanche 15 octobre 2023 qui s’est déroulée “sans incident”, suivie d’un dimanche sur l’eau avec le président du Pays vécu comme “un bon moment” pour lui montrer “le lagon et l’esprit de Teahupo’o”.

La précédente vidéo de Matahi Drollet affiche 20 millions de vues, tandis que la pétition associée totalise plus de 166.000 signatures. Il lance un nouvel appel à partager, interpellant désormais le président de la République, Emmanuel Macron, et son ministre de l’Environnement. Faute de compromis à huit mois des épreuves olympiques de surf, reste à savoir si d’autres alternatives sont envisageables, ou pas ?

Lire aussi

JO 2024 : les épreuves de surf confirmées à Teahupo’o avec une tour “plus sobre”

JO 2024 : démonstration du forage pour les fondations de la tour des juges

JO 2024 : plusieurs centaines de manifestants contre la nouvelle tour des juges