Les cinémas Liberty et Hollywood accessibles aux PMR

Le directeur de Pacific Films, Bryan Hickson, a accueilli lundi 27 novembre, Nathalie Heirani Salmon, déléguée interministérielle au handicap, pour inaugurer officiellement la rampe d'accès aux salles de cinéma Liberty pour les personnes à mobilité réduite. (Photo : LC/LDT)
Temps de lecture : < 1 min.

Le cinéma Liberty, à Papeete, a accueilli Nathalie Heirani Salmon, déléguée interministérielle au handicap, pour inaugurer la rampe d’accès aux personnes à mobilité réduite (PMR) amovible, préalablement installée le 2 novembre dernier. “Cela fait un bon moment que nous réfléchissons à faciliter l’accès aux cinémas pour les personnes handicapées de manière autonome. Cependant, à chaque fois, les projets revenaient trop cher ou ils étaient compliqués à réaliser“, justifie Bryan Hickson, directeur de Pacific Films.

Cette rampe, financée par Pacific Films et fournie par Star Orthopédie Tahiti, permet donc de rendre accessible de manière autonome un loisir commun à ces personnes en situation de handicap. En salle, pas de places aménagées mais des espaces où les PMR peuvent s’installer. “Maintenant c’est accessible, il n’y a plus à se casser la tête“, s’exclame Nathalie Salmon, en entrant dans la salle 1 pour visionner The Marvels en 3D.

(Photos : LC/LDT)

Du côté du cinéma Hollywood, des rampes d’accès ont déjà été aménagées. Au niveau de la salle 1, Bryan Hickson explique : “nous avons fait l’acquisition d’une rampe amovible que l’on peut installer au niveau du seuil de la salle. Les personnes à mobilité réduite peuvent ainsi se mettre au premier rang“. Quant à la salle 2, les personnes à situation de handicap peuvent entrer par l’issue de secours où une rampe est installée. “L’entrée principale de la salle 2 n’est pas compatible pour un tel aménagement“, précise néanmoins Bryan Hickson. 

À plus long terme, le prochain objectif de Pacific Films est “de permettre l’accès au cinéma Liberty par l’entrée principale car, pour le moment, les personnes à mobilité réduite doivent longer la ruelle et entrer par l’arrière de la terrasse“, explique son directeur. Nathalie Salmon, quant à elle, espère “que d’autres petits pas se feront dans l’avenir“.