Un portrait de Pouvanaa a Oopa dévoilé à la présidence

Dans la salle du Conseil des ministres de la présidence, à Papeete, ce 30 novembre 2023, Sandro Stephenson, arrière-petit-fils de Pouvanaa a Oopa, et la nièce du Metua ont dévoilé le portrait de l'homme politique, très engagé de 1949 jusqu'à sa mort en 1977, figure emblématique du mouvement anticolonialiste. (Photo : SB/LDT)
Temps de lecture : 2 min.

Un portrait de Pouvanaa a Oopa a été dévoilé ce jeudi 30 novembre dans la salle du Conseil des ministres à la présidence, à Papeete.

Une vingtaine de personnes de la famille Oopa étaient conviées à cette cérémonie organisée à une date symbolique puisque c’est le 30 novembre 1968 que le leader anticolonialiste est revenu au pays après 8 années d’exil en France métropolitaine. 

Moetai Brotherson, président du Pays

“Il revient au coeur de la Maison du peuple”

“Nous sommes sur l’avenue Pouvanaa a Oopa, changement de nom qui avait été décidé par Oscar Temaru (en 2006, en remplacement de avenue Bruat NDRL). Il me semblait logique que celui qui est aujourd’hui reconnu comme le Metua polynésien puisse apporter son regard sur les affaires du pays et nous apporter un peu de sa sagesse. 

C’était important de faire cela à la date anniversaire de son retour, le 30 novembre 1968 ; En 2023, il revient au coeur même de la Maison du peuple, là ou se prennent toutes les décisions pour les affaires du Pays. 

(…)

Il représente toute l’histoire d’une période de notre pays, avec des évolutions économiques, sociales et institutionnelles importantes. Pouvanaa a été à la charnière de tout cela. Il a subi aussi une partie de cette période puisqu’il a été injustement condamné, exilé et depuis réhabilité. C’est important que nos enfants puissent garder ce souvenir et le perpétuer. Si on ne tire pas les lecons du passé l’avenir, on ne peut pas construire.”

Sandro Stephenson, arrière-petit-fils de Pouvanaa a Oopa

“C’était l’homme du peuple, le nuna’a”

“C’est une fierté d’avoir sa photo dans la salle du conseil des ministres. C’est le Metua du peuple maohi. De là ou il est, il doit être fier d’être ici et de savoir qu’il est encore présent dans le cœur de son peuple, et des élus, quelque soit le bord politique. 

Le message que je voulais faire passer, c’est que nous avons une histoire, nous peuple maohi, il est temps pour nous de nous réapproprier notre histoire, d’éduquer nos enfants à connaître leur histoire. La jeunesse se perd car elle n’a plus de ligne de conduite, de vision par rapport à tout ce qui se passe, les réseaux sociaux etc. Le plus simple est de revenir à la base. Quand tu connais ton histoire, tu t’assois et tu réfléchis.

(…)

Le souvenir que j’ai, c’est le fait que sa nourriture quotidienne était d’être dans sa population. Des 5 heures du matin, on avait du monde à la maison. C’était l’homme du peuple, le nuna’a.

(…)

La présence du Haut-commissariat était très importante aujourd’hui. “La France est une grande nation et c’est pour cela qu’elle me rendra justice” a dit Pouvanaa. Il a été réhabilité en octobre 2018 mais j’attends quand même un geste de l’Etat sur le pardon à la famille. Nous avons été traumatisé par son histoire.”