Inaugurés mi-juin, les nouveaux hangars de Faratea toujours pas exploités

Selon Grands Projets de Polynésie (G2P), certaines entreprises font face à des retards matériels ou d’aides, quand d’autres ont finalement opté pour une parcelle à construire (Photos : ACL/LDT).
Temps de lecture : < 1 min.

Six mois après leur inauguration, les huit hangars flambants neufs de la zone industrielle de Faratea restent portes closes. Dédiés à des activités alimentaires ou mécaniques, ils avaient été inaugurés mi-juin, date à laquelle ils étaient “déjà tous réservés”. L’officialisation de leur attribution était tombée deux semaines plus tard, fin juin.

“Une seule entreprise a commencé à s’installer” 

Interrogé au sujet de la mise en route des ces deux nouveaux pôles d’activité, Luc Faatau, responsable du pôle foncier à Grands Projet de Polynésie (G2P, ex-TNAD), nous a indiqué que “des problèmes technico-administratifs” étaient en cause au niveau des entreprises attributaires. “Une seule entreprise, qui était déjà présente sur site, a commencé à s’installer. Les autres ont demandé un délai supplémentaire. Certaines sont suspendues à des échéances administratives, suite à des demandes d’aides pour s’équiper, ou à des retards de livraison du matériel. Deux autres trouvent finalement que le local n’est pas adapté à leur activité. Elles ont opté pour des parcelles à construire sur la zone industrielle et leur hangar a été réattribué. Au total, il y a 6 ou 7 projets de construction”, précise l’ancien ministre de l’Équipement.

Une rallonge jusqu’à fin avril 2024

Une rallonge jusqu’à fin avril 2024 a été accordée aux attributaires. “Si à cette date ils ne confirment pas leur installation, les hangars concernés seront attribués à d’autres, parce qu’on ne pourra pas attendre davantage”, indique Luc Faatau. Malgré “un boom” sur la zone, le représentant rappelle toutefois que les premiers hangars de Faratea avaient mis dix ans à trouver leurs locataires.

Lire aussi

Faratea : huit nouveaux hangars pris d’assaut par les professionnels

Sept sociétés sur les starting-blocks à Faratea