Energies renouvelables: Greenpeace juge la France “peu ambitieuse”

Pour contribuer à limiter le réchauffement la France devrait cibler, selon Greenpeace, "entre 100 et 120 GW de solaire photovoltaïque en 2030", contre les 54 à 60 GW visés actuellement , et "entre 50 et 55 GW d'éolien terrestre en 2030" contre l'objectif actuel de 33 à 35 GW. (Photo GNP)
Pour contribuer à limiter le réchauffement la France devrait cibler, selon Greenpeace, "entre 100 et 120 GW de solaire photovoltaïque en 2030", contre les 54 à 60 GW visés actuellement , et "entre 50 et 55 GW d'éolien terrestre en 2030" contre l'objectif actuel de 33 à 35 GW. (Photo GNP)
Temps de lecture : 2 min.

La France, souvent pointée du doigt pour son retard dans le développement des énergies renouvelables, est également “à la traîne” par rapport à ses voisins européens en matière d’ambition pour les années à venir, estime mardi Greenpeace dans un rapport.

L’ONG, qui se base sur le Plan énergie et climat national (NECP) remis à l’Union européenne par une vingtaine d’Etats-membres, relève que la France est systématiquement dans la deuxième moitié du classement, si on rapporte ces objectifs par rapport à des données comme la population, la superficie du pays et son PIB.

Sur six pays (Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays-Bas et Portugal) de plus de dix millions d’habitants, aux développement économique, niveau d’ensoleillement et démarche diplomatique comparables, l’Hexagone se classe même presque systématiquement en queue de peloton en termes d’objectifs pour 2030, selon Greenpeace.

Par exemple, sur le solaire, dans la capacité à installer par superficie d’ici 2030, la France est bonne dernière avec 66 à 77 MW par km2, les cinq autres pays oscillant entre 114 et 416 MW par km2.

Alors que plus de 110 pays ont poussé pour un triplement des énergies renouvelables d’ici 2030 lors de la dernière conférence de l’ONU sur le climat (COP28), “la France doit se fixer pour 2030 un niveau d’ambition de développement de l’éolien terrestre et du solaire photovoltaïque au moins équivalent à ce que prévoient nos plus proches voisins européens“, estime Greenpeace.

Pour contribuer à limiter le réchauffement climatique à +1,5°C, elle devrait cibler, selon Greenpeace, “entre 100 et 120 GW de solaire photovoltaïque en 2030”, contre les 54 à 60 GW visés actuellement par le gouvernement, et “entre 50 et 55 GW d’éolien terrestre en 2030” contre l’objectif actuel de 33 à 35 GW.

“Si on veut électrifier au plus vite transports, industrie, bâtiment, on a besoin d’en faire beaucoup plus et d’avoir cette électricité renouvelable à court terme“, a déclaré à l’AFP Nicolas Nace, chargé de campagne pour la transition énergétique pour Greenpeace.

Mais pour le ministère de la Transition énergétique, “le mix électrique français a la particularité d’être très décarboné”. Cela “permet à notre pays de contribuer de longue date à la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne“, ajoute-t-il, insistant sur la particularité du modèle français, champion du nucléaire par habitant.

Cet argument est contesté par Greenpeace, pour qui le nucléaire est “trop lent à déployer pour avoir un impact significatif en 2030″.

“On voit que la France en a sous le pied”, a réagi Michel Gioria, délégué général du syndicat France Renouvelables, qui salue la démonstration apportée selon lui par cette étude de la possibilité de sortir “plus vite des énergies fossiles”.

En revanche, il juge les objectifs préconisés pour le solaire et l’éolien “très ambitieux”, et met en garde contre une trop forte révision à la hausse, au détriment de la relocalisation des filières industrielles françaises et européennes qui n’arriveraient pas à suivre, et contre l’importation massive de composants industriels, notamment chinois, qui en résulterait.

AFP