Grève dans les hydrocarbures : les pétroliers dénoncent des sabotages

Les entreprises pétrolières indiquent, dans un communiqué, avoir été victimes d'actes de sabotage lors du déchargement du tanker Alcyone, arrivé à Papeete le 16 décembre dernier. Il est reparti dans la soirée du 20 décembre. (Crédit : Marine Traffic)
Temps de lecture : < 1 min.

Alors que le mouvement de grève dans les hydrocarbures entame sa deuxième semaine, les sociétés pétrolières, qui ne communiquent que par voie de communiqués, indiquent dans l’un de ces derniers, avoir été victimes d’actes de sabotage.

Ceux-ci auraient été constatés, indiquent les sociétés impactées par le conflit social, lors du déchargement du pétrolier Alcyone, arrivé à Papeete le samedi 16 décembre. Deux actes malveillants auraient été relevés : le déboulonnement d’un tronçon sur le réseau de pipeline (partie flexible) et le vol de matériel indispensable au déchargement du pétrolier.

Suites à ces constations, les pétroliers ont décidé de porter plainte. Les forces de l’ordre étaient également intervenues, indiquent les professionnels du secteur, afin de sécuriser la zone. Le navire, qui usuellement reste deux jours et une nuit à quai, n’est parti que dans la soirée du 20 décembre, en raison des retards pris dans les opérations de déchargement.

Le pétrolier Alcyone (Photo archives Socatra).

Les entreprises de distribution de carburants, dans leur communiqué, se veulent enfin rassurantes auprès de la population, indiquant que les stocks du Pays sont suffisants et que Tahiti et les îles principales seront ravitaillées normalement. Elles indiquent cependant que les îles éloignées pourraient, quant à elles, être impactées en raison de la perturbation de l’activité de remplissage des fûts.