Ravahere Silloux : “Miss France m’a appris à me dépasser encore plus”

"Miss France, c’est un mois tellement riche qu'il est difficile de choisir un moment. C’était un mois complètement hors du temps." (Photo : FB/Ravahere Silloux)
Temps de lecture : 3 min.

Ravahere Silloux arrive au fenua ce samedi 23 décembre au soir. Miss Tahiti 2023, et à présent 6ème dauphine de Miss France, s’est confiée à La Dépêche de Tahiti sur les moments phares de son aventure Miss France : la rencontre avec les candidates, son voyage de préparation en Guyane, la bienveillance du comité… Ravahere espère “vous voir nombreux à l’aéroport“.
J’ai hâte de revenir au fenua, retrouver cette chaleur de nos îles“, a-t-elle déclaré en début d’entretien.

“Je suis fière de mon parcours”

Tu as reçu l’écharpe de 6ème dauphine de Miss France 2024. Es-tu déçue d’avoir manqué de si peu le top 5 ?

Ravahere :Oui, au pied du top 5, je suis forcément un peu déçue de ne pas y être. J’aurais vraiment voulu faire briller la Polynésie encore plus loin. Les autres miss régionales étaient très belles, alors je suis heureuse d’avoir cette écharpe de 6ème dauphine. J’ai vraiment travaillé dur pendant des semaines, je suis fière de mon parcours et de ce que j’ai donné chaque jour de cette aventure. Je n’ai aucun regret. Je me suis donné à 2000% et à ce stade, les cartes n’étaient plus entre mes mains. Merci du fond du cœur à tous les Polynésiens qui m’ont soutenue tout au long.

Qu’as-tu pensé de l’encadrement du comité Miss France ?

Ravahere :Le comité Miss France nous a offert un mois de rêve, mille mercis ! C’est une grande et belle famille et je suis heureuse de les avoir rencontrées. L’équipe a été tellement bienveillante tout au long du séjour. On s’attache vite… Une mention spéciale à nos deux superbes chaperonnes, aux gardes du corps, à Indira Ampiot, et toute l’équipe !

Et sur le plan personnel, quelle genre de femme es-tu devenue à l’issue de cette élection ?

Ravahere :À la suite de cette élection, je reviens tellement grandie, riche de cette expérience de vie unique. Miss France m’a appris à me dépasser encore plus, à ne pas avoir peur de l’échec et à oser encore et encore. “Rêve grand, ose briller, crois en toi”, j’ai appliqué cette citation chaque jour, comme jamais avant. Aujourd’hui, je suis encore plus prête pour d’autres grands rêves.

(Photos : FB/Ravahere Silloux)

Un petit mot sur votre voyage de préparation en Guyane. Quel a été ton moment préféré ?

Ravahere :Je suis reconnaissante d’avoir eu l’opportunité de me rendre en Guyane parce que je ne pense pas que, de moi-même j’aurais eu l’idée d’y aller. C’est une destination qui vaut le détour, il y a tellement de choses à faire ! Mon moment préféré était notre nuit dans la forêt amazonienne. C’était dans ma wishlist des choses à faire dans ma vie et je n’aurais pas pensé le faire avec Miss France.

Pour la petite anecdote, on m’avait dit que mon groupe allait faire l’activité la plus intense. Il ne fallait pas être une “chochotte” et il allait falloir se donner à fond pendant cette expédition. À ce moment-là, Je pensais à des serpents, à camper… j’étais prête et motivée ! Les bébêtes, ça ne me fait pas peur !  Puis le jour même, on découvre notre activité : monter à plus de 40 m dans la forêt amazonienne puis de la tyrolienne. J’ai le vertige, alors comment vous dire qu’à ce moment là, dans ma tête c’était la panique ! Mais Miss France c’est se dépasser chaque jour, alors j’y suis allée, un peu tremblante, et je me suis même portée volontaire pour faire le parcours tyrolienne le plus difficile. Autant vous dire que je suis fière de mes exploits (rires) !

L’aventure Miss France est une aventure humaine, riche en rencontres. Comment définirais-tu l’entente avec les autres candidates ? Avec qui as-tu tissé des liens ?

Ravahere :Personnellement, Miss France a été une véritable aventure humaine. J’ai rencontré des personnes formidables, que ce soit les candidates ou bien le comité Miss France ! Nous étions vraiment une belle promotion, avec des profils et des parcours différents. J’ai pris plaisir à découvrir chacune des candidates. 
Mon coup de cœur c’est ma compagne de chambre : Miss Roussillon. Un soutien, une confidente, mon binôme de l’aventure. J’étais très proche également des Miss Outre-mers. 
On entre dans l’aventure et on ne connaît personne. En l’espace de juste un mois, on a l’impression de se connaître depuis au moins 5 ans. C’est ça la magie de Miss France ! Aujourd’hui j’ai 29 copines dans chaque coin de la France, c’est génial !

Quel(s) souvenir(s) t’a marqué au cours de l’aventure Miss France ?

Ravahere :Miss France, c’est un mois tellement riche qu’il est difficile de choisir un moment. C’était un mois complètement hors du temps. Un souvenir en particulier ? Je pense au prime. Une immense fierté d’avoir pu représenter la Polynésie sur cette scène de Dijon. C’était un show incroyable et j’ai pris tellement de plaisir à défiler et danser. Je pense aussi à ma mémé présente ce même soir à l’After Miss France à trois heures du matin pour me prendre dans ses bras. Wow, vraiment merci Mémé pour ton soutien ! C’est un souvenir précieux que je chérirai pendant de longues années. Miss France, c’est l’aventure d’une vie!

(Photos : FB/Ravahere Silloux)