France: la réforme du droit de grève dans le contrôle aérien est promulguée

La réforme impose à tout agent aérien assurant des fonctions "dont l'absence est de nature à affecter directement la réalisation des vols" de déclarer individuellement sa participation à un mouvement de grève au plus tard à midi deux jours auparavant. (Photo : Grand Roissy)
La réforme impose à tout agent aérien assurant des fonctions "dont l'absence est de nature à affecter directement la réalisation des vols" de déclarer individuellement sa participation à un mouvement de grève au plus tard à midi deux jours auparavant. (Photo : Grand Roissy)
Temps de lecture : 2 min.

La réforme de l’encadrement du droit de grève des contrôleurs aériens en France est désormais inscrite dans la loi, avec sa promulgation vendredi au Journal officiel, à l’issue d’une année agitée dans ce secteur.

Cette modification du code général de la fonction publique, fruit d’une loi à l’initiative du sénateur centriste Vincent Capo-Canellas et soutenue par le gouvernement, avait été jugée conforme le 21 décembre par le Conseil constitutionnel après avoir été adoptée le 15 novembre par le Parlement.

Elle impose à tout agent aérien assurant des fonctions “dont l’absence est de nature à affecter directement la réalisation des vols” de déclarer individuellement sa participation à un mouvement de grève au plus tard à midi deux jours auparavant.

Jusqu’alors, les syndicats dans le contrôle aérien devaient déposer tout préavis de grève cinq jours avant un mouvement, permettant d’assurer un “service minimum”, mais les grévistes n’avaient pas à déclarer leur participation individuelle, à la différence des autres salariés du secteur.

La Direction générale de l’Aviation civile (DGAC) ne disposait donc pas d’estimations fiables sur le nombre de grévistes et pouvait être amenée à demander aux compagnies aériennes d’annuler plus de vols que nécessaire afin de mettre en adéquation le nombre de contrôleurs disponibles et le programme des opérations aériennes.

Cette loi “marque un progrès essentiel pour les compagnies et les voyageurs aériens, dans le respect du droit de grève garanti par la Constitution“, s’était réjoui la semaine dernière le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune.

Ce dernier avait évoqué le 15 février une évolution de l’encadrement des grèves des aiguilleurs du ciel après une grève surprise “irresponsable” ayant pris par surprise des centaines de passagers quatre jours auparavant à Paris-Orly, en pleine mobilisation contre la réforme des retraites.

Ce mouvement social avait fortement perturbé le trafic aérien au premier trimestre, en France et par ricochet dans toute l’Europe.

Le 22 décembre, des compagnies aériennes du Vieux continent ont qualifié cette réforme de “première étape importante dans la réduction des perturbations pour les passagers”.

Cette année, “la majorité des jours de grève (des contrôleurs aériens) comptabilisés dans l’UE ont eu lieu en France, soit 67 au total. Plus de 4.000 vols ont été annulés, 24.000 retardés et plus de 11 millions de passagers en provenance ou à destination de la France, ainsi que ceux survolant le pays” ont été affectés, selon la principale association de transporteurs aériens européens, Airlines for Europe (A4E).

L’association, qui fédère notamment Ryanair, Lufthansa, IAG (British Airways, Iberia…) et Air France-KLM, a réclamé “un effort additionnel” notamment pour protéger les survols du territoire français.

Le premier syndicat représentatif des contrôleurs aériens, le SNCTA, avait apporté son soutien au texte, estimant que “l’instrumentalisation du droit de grève et son usage déraisonné ou inconciliable par plusieurs autres organisations syndicales ont conduit, année après année, à une dégradation de l’image de la profession”.

De son côté, l’USAC-CGT, troisième organisation représentative chez les aiguilleurs du ciel et critique du “positionnement inédit” selon elle du SNCTA, a qualifié la réforme “d’attaque sans précédent” contre le droit de grève et jugé qu’elle serait “inapplicable et inefficace”.

AFP