Fin de la grève au Port autonome : un protocole d’accord a été signé

Le Port autonome, le syndicat Otahi, le syndicat des Gens de mer et Moetai Brotherson étaient autour de la table des discussions (Photos : Présidence).
Temps de lecture : 2 min.

Le président du Pays a tenu une conférence de presse à la Présidence, mercredi 3 janvier 2024, à 16 heures, “pour un point de situation sur la grève et sur le blocage du port”.

L’accès est désormais “débloqué”, avait alors indiqué Moetai Brotherson. “Les marins qui étaient sur les bateaux sont en train de débarquer (…) et vont rendre les bateaux. Toutes les opérations de débarquement des marchandises, notamment pour le navire CMA-CGM, vont pouvoir reprendre dès demain matin”.

Pas de poursuites judiciaires, mais des sanctions disciplinaires

Le chef de l’exécutif, qui avait posé plus tôt un ultimatum aux grévistes positionnés sur l’eau, avait estimé que ces derniers avaient “entendu raison”. En contrepartie de la levée du blocage et de la restitution des bateaux, le référé et la deuxième plainte du Pays ont été retirés. Une procédure disciplinaire sera toutefois engagée. Une commission composée de marins, d’officiers et du plus âgé des officiers marins sera constituée à cet effet.

Les grévistes étaient attendus à la Présidence à 17 heures pour évoquer le point de blocage sur les cinq revendications mentionnées dans le préavis de grève.

Le président avait pour rôle d’arbitrer la rencontre, “chiffres référents” à l’appui. “Je compte sur la bonne volonté de tous pour qu’on ait des discussions entre adultes responsables qui n’ont pas l’intention de détruire un outil de travail primordial pour ce Pays. Je ne pense pas que la population puisse comprendre que 10 personnes puissent prendre en otage un Pays”, avait lancé Moetai Brotherson, juste avant de recevoir les grévistes.

Un accord trouvé vers 21 heures

Entamées vers 17h20, les négociations ont pris fin après 21 heures avec la signature d’un protocole d’accord entre Jean-Paul Le Caill, directeur du Port Autonome de Papeete, Lucie Tiffenat, secrétaire générale du syndicat Otahi, Silvin Kohumoetini, représentant du syndicat des Gens de mer, et Moetai Brotherson, a annoncé la Présidence dans un communiqué transmis aux médias, proclamant la levée de la grève.

Les cinq points de revendication

  • La réorganisation du service armement ;
  • L’octroi d’une prime de compensation des heures supplémentaires pour les marins subalternes ;
  • Le reclassement du personnel et la revalorisation de la prime de déplacement à la cale de halage ;
  • Le maintien du personnel actuellement en poste dans les marinas et dans les effectifs du Port Autonome de Papeete, dès que la gestion de celle-ci sera transférée aux prestataires privés ;
  • L’enquête en cours relative au harcèlement au sein du service armement.