Comparution immédiate – 9 mois de prison ferme pour un coup de couteau  

Une audience en comparution immédiate s'est déroulée ce lundi 8 janvier au tribunal de Papeete. (Photo : SG/LDT)
Temps de lecture : 2 min.


Le doux visage du jeune homme, 27 ans, assis dans le box des prévenus ce lundi 8 janvier 2023 à Papeete, est fermé. Il semble perdu. Sans domicile fixe (SDF) depuis 2020, il est poursuivi pour un acte de violence commis le 30 décembre 2023 vers 18 heures en centre-ville. En cette fin de journée, il a trop bu et se dispute avec son compagnon. Il sort un couteau de son sac et porte un coup à son ami. Celui-ci est touché en bas du cou, il saigne mais ne se rend pas compte tout de suite qu’il a échappé au pire. Les pompiers sont alertés et transportent le blessé à l’hôpital. La victime est aujourd’hui en bonne santé mais a eu un poumon perforé.

Le prévenu reconnaît les faits. “C’est la jalousie (…) la colère m’a aveuglé (…) c’est l’alcool qui me rend agressif (…) je me suis rendu compte de ce que j’avais fait en voyant le sang” explique t-il. 

La victime, de son côté, âgée de 43 ans, elle aussi SDF et ce, depuis une quinzaine d’années, indique ne plus vouloir revoir son agresseur puis, change d’avis quelques instants plus tard. Il n’est pas très clair sur ses choix. 

Tandis que le procureur insiste sur le fait que le prévenu était déterminé lors de l’agression puisque, selon des témoins, il a poursuivi sa victime, et que “pris de boissons, il ne mesure plus ses excès d’impulsivité”, la défense, pour sa part, évoque des personnes “fracassées par la vie”, “vivant de petits expédients”. L’avocate fait remarquer que le prévenu est un primo délinquant, livré à lui-même, qui a besoin d’être aidé, notamment pour ses problèmes d’alcool. Elle accuse les autorités du Pays de ne rien faire pour ces personnes.

Finalement, le tribunal a condamné le prévenu à 18 mois de prison dont 9 assortis d’un sursis, à 117 heures de travaux d’intérêt général, à une obligation de soins et une interdiction de porter une arme durant deux ans. Le montant des dommages et intérêts à la victime, qui a demandé 800 000 francs, sera déterminé ultérieurement.