Hydrocarbures : pas encore de pénurie, préavis de grève en cours à Gaz de Tahiti

Le dépôt de Gaz de Tahiti et les société d'hydrocarbures sont installés à Motu Uta, à Papeete. (Photo : SG/LDT)
Temps de lecture : < 1 min.

Aucun contact n’a eu lieu avec la direction de Gaz de Tahiti nous indique ce mardi 9 janvier un salarié de la société à Motu Uta. Toutefois, une première réunion pourrait avoir lieu demain matin mercredi. Le syndicat CSIP (Confédération des syndicats indépendants de Polynésie) a déposé vendredi 5 janvier un préavis de grève qui arrivera à échéance vendredi. 

Le préavis liste 12 points de revendications avec, au premier chef, des demandes d’embauches à des postes techniques puis des demandes de revalorisations salariales et des primes spécifiques. 

Ce préavis intervient alors que la grève dans le secteur des hydrocarbures se poursuit depuis bientôt 4 semaines. “Il y a des rencontres mais rien n’avance, les directions des sociétés ne veulent pas que la situation évolue” déclare Vetea Tehahetua, porte-parole des grévistes. Il estime que la “fourniture des drums en direction des îles reste impactée” et que les stations-services de Tahiti “ne sont pas concernées pour le moment” même si “ça tourne au ralenti”. 

De son côté, le président Moetai Brotherson, qui présentait ses vœux à la presse ce mardi matin, a déclaré qu’il surveillait la situation “comme le lait sur le feu” et que “les stocks existants dans les îles donnent encore un peu de temps”, qu’il s’agisse du gazole ou de l’essence. Il a ajouté que le Pays interviendra en cas de nécessité.