Pauline Barsinas navigue entre le Fenua ‘Aihere de Tautira et les atolls des Tuamotu

Entre les navettes scolaires et ses propres excursions nautiques, la capitaine est dans son élément (Photo : ACL/LDT).
Temps de lecture : 2 min.

Originaire des Marquises et des Tuamotu, Pauline Tahia Barsinas a vécu à Teahupo’o avant de s’installer au Fenua ‘Aihere de Tautira, il y a vingt ans, par amour pour son compagnon. À 43 ans, cette maman de quatre enfants, qui a “grandi dans l’eau entre les fermes perlières et les parcs à poissons”, a fait un choix de carrière tourné vers l’océan.

Cap sur Hao à bord de l’Aremiti 1

Dans l’idée d’accompagner son conjoint pêcheur, elle obtient son Certificat d’aptitude à la conduite des embarcations de pêche (CACEP), avant de s’orienter vers le Brevet de capitaine BC200 pour tenter sa chance dans la marine marchande.

Une formation qui lui permet depuis quelques années d’endosser le rôle de second capitaine sur l’Aremiti 1. “Notre mission, à chaque période de vacances scolaires, c’est de procéder au ramassage des élèves du collège de Hao qui n’ont pas de piste d’atterrissage sur leur atoll : Amanu, Marokau, Vairaatea, Tematagi et Hereheretue. Entre la traversée depuis Tahiti et la récupération des enfants, le voyage dure 11 jours”, explique Pauline Barsinas, qui ne devrait pas pouvoir reprendre ces traversées dans l’immédiat.

Transport scolaire et excursions au sud de Tahiti

En effet, depuis quelques mois, elle pilote la navette communale de transport scolaire à Tautira. Elle effectue quatre rotations par jour à partir de 5 heures du matin, avec une cinquantaine d’élèves du Fenua ‘Aihere à amener à bon port, de la maternelle jusqu’au lycée.

Lors de la dernière rotation de l’année 2023, l’équipe avait décoré le bateau aux couleurs de Noël pour surprendre les enfants et les parents. À l’approche de la rentrée scolaire, Pauline Barsinas a prévu de consacrer une partie de son temps à la révision du bateau.

Également titulaire du Certificat de pilote lagonaire (CPL), la capitaine ne compte pas ses heures. Le week-end, elle se consacre à son entreprise d’excursions nautiques Vai-Tehana Tours, en hommage aux prénoms de ses deux filles, fondée en 2015 et relancée l’an dernier après quelques années de mise en sommeil. “Mon but, c’est de valoriser le littoral du Fenua ‘Aihere en montrant aux touristes et à la population cette partie préservée et moins connue que Teahupo’o”, confie-t-elle, secondée par son fils.

Une découverte maritime qui devrait s’étendre côté montagne d’ici au mois d’avril, avec des bungalows, un dortoir et une cuisine commune à domicile “pour vivre le quotidien des habitants du Fenua ‘Aihere, qui nourrissent les gens de la ville, car nous vivons majoritairement de l’agriculture et de la pêche”, rappelle Pauline Barsinas. Les traversées entre Tahiti et les Tuamotu sont d’ailleurs l’occasion de pêcher à la traine avec l’équipage, ce qui n’est pas pour déplaire à cette amoureuse de la mer.