France – Les agriculteurs fortement mobilisés, une agricultrice et sa fille tuées sur un barrage

Au lendemain d'une réunion apparemment infructueuse avec le gouvernement, la mobilisation continue avec plusieurs blocages qui persistent.. (Photo AFP)
Au lendemain d'une réunion apparemment infructueuse avec le gouvernement, la mobilisation continue avec plusieurs blocages qui persistent.. (Photo AFP)
Temps de lecture : 3 min.

Le mouvement de colère des agriculteurs se poursuit avec vigueur mardi soir, une mobilisation marquée par la mort en Ariège d’une éleveuse et de sa fille, percutées par une voiture sur un barrage à Pamiers.

Alors qu’elle avait été grièvement blessée et hospitalisée dans un état “critique”, la jeune fille de 12 ans “est décédée des suites de ses blessures peu après 19h00”, a annoncé le procureur de Foix Olivier Mouysset dans un communiqué.

Les trois occupants de la voiture qui a foncé, à l’aube, sur le barrage dressé sur la RN 20 Toulouse-Andorre par les agriculteurs ont été placés en garde à vue et “sont actuellement entendus par les officiers de police judiciaire du commissariat de Pamiers. Leur garde à vue va être prolongée pour les nécessités de l’enquête”, a ajouté le procureur de Foix.

Le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, s’est rendu dans la soirée dans le département pyrénéen.

Le ministre a confié être “ici pour témoigner de l’émotion de la nation“, ajoutant: c’est un “drame qui nous touche tous”.

“Les agriculteurs sur les barrages, ils ont d’abord besoin qu’on les écoute, qu’on les comprenne et qu’on réponde. Et c’est ça qu’on va faire”, a promis M. Fesneau.

Le gouvernement est, selon lui, “à l’œuvre (…) pour apporter des réponses dont j’entends qu’elles soient concrètes. Et rapides”.

“Solutions concrètes”

Des “solutions concrètes aux difficultés” de la profession, c’est également ce que le président de la République, Emmanuel Macron, a demandé au gouvernement de Gabriel Attal de trouver, dans un tweet publié dans l’après-midi.

Les trois personnes placées en garde à vue en Ariège, un homme et deux femmes de nationalité arménienne, étaient sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF), après avoir été déboutés de leur demande d’asile, selon une source proche de l’enquête.

“Non seulement les agriculteurs subissent les difficultés et le mépris du gouvernement, mais ils subissent aussi son laxisme migratoire”, a réagi dans un tweet Jordan Bardella, le président du RN.

“Les faits en cause ne paraissent pas revêtir un caractère intentionnel”, a souligné le parquet de Foix, pointant le manque de visibilité sur les lieux. Une enquête a été ouverte pour homicide involontaire aggravé.

Le père de famille, agriculteur de 40 ans, a lui-aussi été percuté et grièvement blessé.

Divers blocages

Au lendemain d’une réunion apparemment infructueuse avec le gouvernement, la mobilisation continue avec plusieurs blocages qui persistent.

Dans les Hauts-de-France, les agriculteurs comptent poursuivre le blocage mis en place à la mi-journée, près d’Amiens (Somme), et organiser de nouvelles manifestations dans l’Aisne et le Pas-de-Calais notamment. Selon la préfecture de région, “l’accès aux différentes plateformes transmanche (tunnel sous la Manche et port desservant l’Angleterre, NDLR) est susceptible d’être perturbé”.

“Ce que nous souhaitons, c’est faire durer au maximum le mouvement”, a confié Denis Bully, président de la FDSEA de la Somme à un journaliste de l’AFP. “Et s’il faut le faire jusqu’au salon de l’agriculture, eh bien on mettra la pression jusqu’au salon (de l’agriculture) pour faire plier nos dirigeants”, a-t-il ajouté.

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, la préfète a appelé les automobilistes à “rester calmes” et à “différer tout déplacement non indispensable”. La circulation est notamment partiellement coupée sur l’A7 à hauteur de Saint-Rambert-d’Albon (Drôme), tout comme à hauteur de Valence sud.

Dans le Sud-Ouest, les barrages de l’A64 à hauteur de Carbonne (Haute-Garonne) et près de la centrale de Golfech (Tarn-et-Garonne) restaient en place et d’importantes perturbations ont impacté mardi les axes A61, A62 et A20.

Grande distribution visée

Par ailleurs, entre 120 et 150 agriculteurs ont entamé mardi le blocage d’une plateforme logistique du groupe de grande distribution Leclerc à Castelnaudary (Aude).

Deux blocages sont apparus sur l’A64 à Pau et l’A63 à hauteur de Bayonne mais l’accès à l’Espagne depuis l’A64 restait cependant ouvert, selon la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

A Agen, des agriculteurs ont déversé devant la préfecture du lisier mélangé à des carcasses de vaches, de la paille et des pneus.

“On a demandé à ce que le Premier ministre fasse des annonces d’ici ce soir”, a déclaré Karine Duc, coprésidente de la Coordination Rurale dans le Lot-et-Garonne, après avoir été reçue par le préfet.

Dans l’ouest jusqu’ici peu mobilisé, des agriculteurs ont organisé des opérations péages gratuits sur cinq barrières.

Après avoir reçu la FNSEA, M. Attal a reçu mardi soir la Coordination rurale et verra mercredi matin la Confédération paysanne. Les représentants de la Coordination rurale ont jugé “constructif” leur entretien mais n’ont pas appelé à lever leurs blocages en attendant des mesures “concrètes” et “rapides”.

Premier syndicat agricole français, la FNSEA, a remporté ces dernières années de nombreux arbitrages auprès du gouvernement, comme sur les taxes sur l’eau ou les pesticides, mais les agriculteurs se plaignent de crouler sous les normes et de ne pas gagner assez bien leur vie.

Parmi les multiples revendications entendues: des simplifications administratives, pas de nouvelle interdiction de pesticides, arrêter d’augmenter le prix du gazole ou encore la pleine application de la loi censée obliger les industriels et les grandes surfaces à mieux payer les produits agricoles.

Le gouvernement craint un embrasement. Des Pays-Bas à la Roumanie en passant par la Pologne ou l’Allemagne, les agriculteurs multiplient les actions contre les hausses des taxes et le “Pacte vert” européen.

AFP