Parfumerie : Adopt’ veut redynamiser la filière de production et d’exploitation du tiare tahiti

En Polynésie française, l’enseigne souhaite soutenir la filière végétale du tiare tahiti et relancer la production d’un absolue de tiare tahiti. (Photos : DR)
Temps de lecture : 3 min.

D’abord l’iris pallida sur le plateau de Valensole dans les Alpes-de-Haute-Provence, puis la vanille à Madagascar, c’est maintenant l’emblématique fleur du fenua, le tiare tahiti, que la marque de parfum française Adopt’ a choisi pour son prochain programme Colibri.

Lancés en 2021, l’année de l’inauguration de sa première boutique au fenua, les programmes Colibri consistent à mettre en place des actions et des initiatives concrètes pour “soutenir les matières premières iconiques de la parfumerie dans le monde et accompagner des savoir-faire locaux“, indique Frédéric Stoeckel, président de Adopt’ France, qui était en déplacement professionnel au fenua durant les deux premières semaines du mois de janvier. 

Redynamiser la filière végétale du tiare tahiti

En Polynésie française, l’enseigne souhaite soutenir la filière végétale du tiare tahiti et relancer la production d’un absolue de la fleur. Selon Adopt’, la filière végétale du tiare tahiti est au plus mal. “En dix ans, il y a près de 40% des terres de tiare qui ont disparu : cela représente 17 hectares. Ainsi, on aurait besoin de repeupler le territoire avec des hectares de cultivation pour redynamiser le secteur“, indique Frédéric.

Afin d’insuffler un nouvel élan à la production et à l’exploitation de la fleur tahitienne, Adopt’ projette de collaborer avec un agriculteur local produisant déjà des plants de tiare tahiti, désignés marcottes. L’avantage, c’est que cette technique facilite la multiplication de la plante. Une fois “viables et fiables“, les marcottes seront financées par l’enseigne et mises gratuitement à disposition des porteurs de projets, en vue de “repeupler” la Polynésie de champs de tiare.

Elles seront aussi utilisées pour produire l’absolue de tiare tahiti. Par exemple, pour un litre d’absolue de tiare tahiti, il faut 625 kg de fleurs fraîches de tiare. Ce liquide précieux entrera dans la composition de certains parfums Adopt’, notamment Monoï des îles et une toute nouvelle senteur prévue pour les mois de juin et juillet 2024.

Le laboratoire de cosmétologie du Pacifique Sud, “manager” du projet

Pour faciliter cette avancée, Adopt collabore également avec le laboratoire de cosmétologie du Pacifique Sud. Ce dernier aura le rôle de “manager“. Au nom d’Adopt’, l’institut devra veiller à la production ponctuelle des marcottes et vérifier que les plants de tiare tahiti soient distribués à des porteurs de projets sérieux.

Pour le laboratoire, l’enjeu est de taille. “Nous sommes en manque et en pénurie de fleurs en continu dans l’année, aussi bien pendant la haute saison que pendant la basse saison. Nous souhaitons développer cette filière pour pouvoir répondre à nos besoins“, justifie Olivier Touboul, directeur du laboratoire de cosmétologie du Pacifique Sud.

(Photos : DR)

Finalisations et projets d’avenir

Bien qu’elle privilégie l’option “agriculteur local“, Adopt’ conçoit toutefois une autre solution : mettre en place une nouvelle pépinière, “probablement à Papara“, indique son président. Cependant, un seul bémol : “si on partait d’une filière à zéro, il faudrait au moins deux voire trois ans pour produire des marcottes de bonne qualité. C’est un peu long“, explique Frédéric. C’est pourquoi, “travailler à partir d’un terrain existant qui abrite des tiare tahiti” est plus approprié pour la marque. Quoiqu’il en soit, l’objectif est de produire 3 000 à 5 000 marcottes par an. “Ce sera une très bonne étape“, ajoute Frédéric. Les finalisations du projet sont en cours.

À l’avenir, Adopt’ réfléchit d’ores et déjà à intégrer une nouvelle fleur dans ses programmes Colibri. “Cela peut être le néroli en Egypte, la fleur d’oranger qui est une fleur importante de la parfumerie ou encore la rose. Mais rien n’est défini pour le moment“, conclut Frédéric Stoeckel.

Lexique

  • Marcotte (une) : tige, branche qui a pris racine, ou qui est destiné à former une plante nouvelle. (Source : Le Robert)
  • Absolue (un) : en parfumerie, l’absolue est un extrait très concentré de végétal, similaire à l’huile essentielle. On l’obtient grâce à une technique spécifique, qui par la suite, donne une concrète. Cet extrait est ensuite purifié à l’alcool pour obtenir l’absolue.
  • Concrète (une) : extrait obtenu à partir d’une matière première végétale, par extraction au moyen d’un solvant.