Taravao : “culture et identité” en action au salon du livre

L'auteure Rosalie Cruchet s'est fixé comme objectif de rendre les légendes polynésiennes accessibles à tous (Photos : ACL/LDT).
Temps de lecture : 2 min.

Le salon du livre de Taiarapu a ouvert ses portes pour deux jours, ce jeudi 25 janvier, au parc Teaputa de Taravao. Pour cette dixième édition, la circonscription pédagogique et ses partenaires ont choisi de guider les élèves et le grand public sur le chemin de la culture et de l’identité polynésiennes à travers la littérature. Un vaste thème abordé sous différents angles sur les stands et dans les ateliers.

Écrire et conter pour transmettre

Auteure de plusieurs recueils de légendes, Rosalie Cruchet est particulièrement attachée à la transmission. “J’ai voulu écrire, notamment pour les enfants et les jeunes, parce que je voulais apporter ma petite pierre à la diffusion du patrimoine culturel polynésien. Je veux rendre accessible les contes et légendes, parce que dans les livres de référence, c’est compliqué avec des recoupements difficiles à faire. Les enseignants me disent qu’ils apprécient de travailler à partir de ces textes, qu’ils traduisent parfois en tahitien”, explique la représentante de l’association des Amis du Musée de Tahiti et des îles, fidèle au rendez-vous.

Bénévole de l’association Polynélivre, la conteuse Janick Aubineau mise davantage sur l’oralité, comme autrefois, pour transporter son auditoire sous l’océan. “Les enfants sont captivés. Il faut jouer et mettre l’intonation : ça rend l’histoire plus vivante et ça facilite la compréhension. On ne peut qu’encourager les parents à lire des histoires à leurs enfants pour leur donner envie de lire”, remarque l’enseignante à la retraite passionnée de théâtre, qui proposait également un atelier d’écriture par le biais des calligrammes, ces textes auxquels on donne la forme du sujet traité.

Les élèves en première ligne

Comme chaque année, plus d’un millier d’élèves de la Presqu’île participent à l’événement en tant que visiteurs, mais aussi animateurs, pour certains. C’est le cas des CM1-CM2 de l’école Raiarii Tane de Tautira. “On va lire des légendes à d’autres classes, en français, mais aussi un peu en tahitien : Maui et la capture du soleil, Tuohea, Tafa’i et Tahiri Vahine, celle que je préfère, car ça raconte l’histoire d’une reine qui invoque des vents pour écarter ses ennemis”, confie Nina, porte-parole de la classe. “C’est l’occasion de lire et de s’exprimer à voix haute, en sachant qu’on va approfondir ces légendes d’ici à notre Heiva de fin d’année”, précise son enseignant, John Chin.

Les plus grands ne sont pas en reste. Accompagnés par leur professeure de reo ma’ohi et d’anglais, Vaihei Paepaetaata, les élèves de terminale aquaculture du lycée agricole John Doom de Taravao se sont eux aussi inscrits dans une démarche d’appropriation et de transmission. “On présente un pata’uta’u, un chant qui vise à faire vivre notre action, comme autrefois pour taper le tapa. On a assimilé le corps à l’arbre et ses différentes parties : tino, pour le corps et le tronc, rima, pour les mains et les branches, a’a, pour les pieds et les racines, et mafatu, pour le cœur et les fruits”, expliquent Marie-Jeanne Tchou Fouc et Mataiarii Tepuaro, avec comme message sous-jacent “que la terre nous nourrit et qu’il faut la respecter”.

Pratique

Salon du livre de Taiarapu, au parc Teaputa, à côté de la gendarmerie de Taravao, du jeudi 25 au vendredi 26 janvier 2024, de 8h à 16h. Entrée libre.

Plus d’infos sur la page Facebook de la circonscription de Taiarapu et des Australes, ou dans notre précédent article sur le sujet : Le salon du livre de Taiarapu fête ses dix ans !