Tourisme : les pe’ape’a persistent sous le soleil de Moorea

La présidente de l'association des patentés unis pour un tourisme équitable, Brenda Tihoni, dénonce "les agissements du comité" du tourisme de Moorea. Son président, Moïse Ruta, se défend en indiquant que le comité "tourne très bien". Dans ce contexte de tensions, le renouvellement du bureau a été avancé au mois de mars (Photo : Facebook/Comité du tourisme de Moorea).
Temps de lecture : 2 min.

L’ambiance entre le comité du tourisme de Moorea et certains prestataires n’est pas au beau fixe. Selon Brenda Tihoni, en novembre dernier, tout est parti d’une demande d’emplacement sur le quai de Pao Pao pour tenter de promouvoir son centre culturel à un plus large public de croisiéristes, qui s’est avérée plus compliquée que prévu. “Pour avoir des informations, c’est le FBI ! C’est étrange pour une association de loi 1901, censée promouvoir le tourisme sur l’île de Moorea et fédérer les acteurs du tourisme, mais qui agit comme une entreprise privée”, constate-t-elle.

Une association dénonce “les agissements du comité”

À l’origine d’une pétition, Brenda Tihoni a également créé le 18 décembre 2023 l’association des patentés unis pour un tourisme équitable, qui compterait une trentaine d’adhérents. “On veut être entendus. Le soleil brille pour tout le monde, c’est notre slogan”.

La présidente dénonce “les agissements du comité”, évoquant un manque de communication et de transparence, des adhésions sélectives et une concurrence déloyale à l’avantage de certains prestataires, dont le président, Moïse Ruta. “Oui, ça crée des emplois, c’est bien, on n’est pas contre ça. On voudrait juste pouvoir tous proposer nos prestations pour que les clients puissent faire eux-mêmes leur choix. Là, il y a une certaine exclusivité qui dure depuis plus de 20 ans avec des soutiens politiques, et qui ne profite qu’à certains. Alors que le gouvernement encourage les patentés à se lancer, ce n’est pas logique ! Les gens ont peur des représailles et ne parlent pas”, commente-t-elle.

Plusieurs actions avant le renouvellement du bureau

Une procédure en référé serait en cours concernant le montage du conseil d’administration exigé par le Pays dans le cadre de la professionnalisation des comités du tourisme polynésiens, le 6 décembre dernier. L’association pointe notamment du doigt la participation au vote d’une soixantaine d’employés du président du comité. Elle a également saisi l’Autorité Polynésienne de la Concurrence (APC) et sollicité des rendez-vous auprès de plusieurs chefs de service du Pays.

Un renouvellement du bureau du comité du tourisme se profile d’ici mars ou avril. L’association devrait présenter une liste, bien que ce n’était pas son ambition initiale, assure Brenda Tihoni. “Je veux juste faire bouger les choses. Mon activité me prend déjà énormément de temps et je reçois des critiques, car je suis de Tahiti, et pas de Moorea. C’est ridicule : on est tous Polynésiens !”.

Moïse Ruta : le comité du tourisme “tourne très bien”

Contacté par téléphone, le président du comité du tourisme de Moorea s’est défendu. “Il y a un bureau à disposition, qui est ouvert à tous les adhérents du comité, sans souci pour demander des renseignements, donc je ne comprends pas les raisons de ces plaintes. Je n’ai pas de comptes à lui (Brenda Tihoni, ndlr) rendre. Il y a tout ce qu’il faut pour le tourisme : on tourne très bien !”.

Pour Moïse Ruta, dans ce contexte de tensions, un nouveau vote semble nécessaire. L’actuel président lance d’ailleurs une perche à son opposante : “Si elle veut le poste, elle peut déposer une liste ! Il y aura un renouvellement du bureau en mars, si tout va bien. Normalement, on est encore valide jusqu’en 2026, mais avec tous ces problèmes, je préfère tout remettre à plat. Et je ne vais pas me battre pour ce poste bénévole”.