Réception à Papeete – La Chine et la France célèbrent 60 ans de relations diplomatiques

La célébration de cet événement historique se fera au travers de nombreuses manifestations organisées tout au long de l’année 2024 au niveau national et en Chine. Cette année 2024 marquera également l’Année franco-chinoise du tourisme culturel. (Photo HC)
Temps de lecture : 2 min.

Le Haut-commissaire de la République en Polynésie française, Eric Spitz, et le Consul de la République populaire de Chine à Papeete, Lixiao Tian, ont organisé le vendredi 26 janvier en soirée une réception conjointe pour célébrer le 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine.

La reconnaissance de la République populaire de Chine le 27 janvier 1964 par la France a constitué le point de départ des relations officielles entre les deux nations. La célébration de cet événement historique se fera au travers de nombreuses manifestations organisées tout au long de l’année 2024 au niveau national et en Chine. Cette année 2024 marquera également l’Année franco-chinoise du tourisme culturel.

En Polynésie française, cette réception conjointe, “placée sous le signe de l’amitié et de la coopération“, a réuni 300 personnes parmi lesquelles les hautes autorités du Pays et de l’État, les représentants du monde économique et associatif ainsi que les représentants consulaires, selon un communiqué du Haut-commissariat de la République.

“Afin de témoigner de la compréhension mutuelle entre les cultures chinoise et française et illustrer les liens d’amitié” entre les deux pays, le Haut-commissaire et le Consul ont organisé un concours de chant choral intitulé “Chanter en chœur, amitié de cœur”. Parmi les 8 établissements scolaires polynésiens ayant pris part au concours, les trois chorales lauréates se sont produites et se sont vu remettre un prix à l’occasion de la réception.

(Toutes photos : HC)

Les lauréats :

  • 1er prix : Collège Taaone avec le titre “PI’I A HURA
  • 2ème prix : Ecole Vahitutautua de Takaroa avec le titre “夜空中最亮的星 (ton étoile)
  • 3ème prix : Collège Carlson 2 avec le titre “Vois sur ton chemin

Eric Spitz : “entre la Chine et la France une volonté commune,
celle de refuser l’alignement systématique”

“Il y a 60 ans, le 27 janvier 1964, le Premier ministre Zhou Enlai et le général de Gaulle prenaient la décision historique de rétablir les relations officielles entre la France et la République populaire de Chine, quinze ans après sa proclamation par le président Mao Zedong. La France devenait ainsi le premier parmi tous les États occidentaux à reconnaître la République populaire de Chine dans le concert des nations.

Comme le rappelait le général de Gaulle, c’était une évidence, « l’évidence d’une relation séculaire, l’évidence d’un souci conjoint d’appréhender le monde dans sa complexité, l’évidence d’un avenir partagé devant des enjeux aujourd’hui communs ».  (…)

Les liens qui unissent la France à la Chine sont anciens. Combien se souviennent encore que c’est en Avignon que le Pape Benoît XII, l’ariégois Jacques Fournier, accueillit la première ambassade chinoise, porteuse d’un message de l’empereur Togoontömör, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France et qui disait “Nous envoyons notre ambassadeur au Pape, le père des chrétiens qui est en France, au-delà des Sept Mers, où le soleil se couche. Pour la Chine, la France demeure le pays du soleil couchant comme le Japon est celui du soleil levant. (…)

En 1964, reconnaître la Chine et l’aider à retrouver pleinement sa place dans la communauté internationale, c’était avant tout, pour la France, refuser le monde bipolaire imposé par Yalta et par la Guerre froide en ayant cette formidable intuition du rôle qu’allait très rapidement jouer la Chine pour ce que l’on pressentait déjà devenir notre village Monde. (…)

Il y a toujours eu, entre la Chine et la France une volonté commune, celle de refuser l’alignement systématique, de sortir de la logique des blocs idéologiques et plus encore de l’équilibre de la terreur nucléaire.” (…)

(Extraits du discours d’Eric Spitz)