Culture – L’année 2024 dédiée à la mémoire d’Henri Hiro qui aurait fêté ses 80 ans

Estimant vivre dans un pays subordonné à l'État colonial, Henri Hiro s'attaque par ses œuvres à la mythologie du progrès et aux bouleversements qu’il implique. (Photo Hiroa)
Du lundi 4 mars au samedi 9 mars, une exposition en l’honneur de Henri Hiro intitulée "Henri Hiro, fou ou visionnaire ?" est organisée par la Maison de la culture, dans la salle Muriāvai. (Photo Hiroa TFTN)
Temps de lecture : 3 min.

Sous l’égide de la Vice-présidente de la Polynésie française, Te Fare Tauhiti Nui célèbrera tout au long de l’année 2024, le 80e anniversaire d’Henri Hiro.

“Figure incontournable du paysage culturel polynésien, Henri Hiro a joué un rôle central dans le renouveau culturel de notre Pays dans les années 1970 et au début des années 1980” explique la Maison de la Culture. “Cette célébration vise à honorer son œuvre, sa pensée et la philosophie qu’il a instillée, une source d’inspiration constante pour les générations actuelles”.

Cérémonie de présentation

Henri Hiro est aujourd’hui reconnu “Homme de Culture”. Te Fare Tauhiti Nui souhaite lui rendre hommage en retraçant, au travers d’une partie de ses œuvres, l’histoire de ce personnage emblématique qui aura marqué de son empreinte l’histoire politique, sociale et culturelle de la Polynésie française. Te Fare Tauhiti Nui a donc retenu plusieurs opérations programmées en 2024.

Ainsi, une cérémonie présentant l’ensemble de ces projets a eu lieu autour du Paepae baptisé sous le nom du poète : le Paepae a Hiro. Cette cérémonie a eu lieu en présence de la Vice-présidente de la Polynésie et Ministre de la Culture, du ministre de l’Éduction, de représentants de l’Assemblée, de chefs de services et directeurs d’établissements, ainsi que de nombreux membres de la famille Hiro.


Te Fare Tauhiti Nui a planifié les quatre opérations suivantes pour l’année 2024 :

  • Tiré du livre “Le héros polynésien” de Jean-Marc Pambrun, la réalisation d’une exposition itinérante sur la vie d’Henri Hiro intitulée “Hiro, fou ou visionnaire ?
  • La réalisation d’un clip vidéo accompagnant le dernier hīmene écrit et composé par Henri Hiro intitulé Fauna nui ē, avec le soutien de la Direction de la Culture et du Patrimoine ;
  • La réalisation d’un court documentaire sur les maisons mā’ohi, intitulé To ù fare au, avec le soutien de TNTV ;
  • La mise en scène de la pièce de théâtre I Tai. Adaptation d’Henri Hiro de la pièce “En Pleine Mer” de Slawomir Mrozek mise en scène par Henri Hiro. La version 2024 sera mise en scène par Moana’ura Tehei’ura.

Au-delà de ces quatre opérations principales, Te Fare Tauhiti Nui mettra Henri Hiro à l’honneur sur l’ensemble de sa programmation annuelle : “Le Heiva i Tahiti, le Hura Tapairu, le Heiva Taure’a, le Festival Parau Ti’amā et bien d’autres événements seront enrichis des valeurs et de l’âme de ce personnage emblématique.”

Eliane Tevahitua salue “le Maohi” et le “visionnaire”

“À l’évocation du nom de ce lieu qui porte le nom d’Henri Hiro et du collège éponyme de Fa’a’ā, j’ai une pensée toute émue pour Henri qui aurait fêté, si le destin en avait décidé autrement, ces 80 ans. Henri Hiro est né le 1er janvier 1944 à Mo’orea et décédé le 10 mars 1990 à Huahine. (…) Cet homme de culture aux multiples facettes et talents était à la fois un cinéaste, un dramaturge, un homme de plume, un poète qui chantait le monde, un écrivain, un théologien, un militant engagé dans la vie de politique, culturelle, sociale de notre si beau et si grand pays.

Henri Hiro c’était un homme engagé, un homme de convictions mais également, comme le sont souvent les gens brillants et sensibles, Henri était un homme lucide, un être clairvoyant tout à fait conscient des travers de la société polynésienne dont il était le contemporain, la lutte contre les essais nucléaires dont il avait perçu les effets délétères sur notre Peuple, sa santé et son mode de vie, la lutte contre la domination coloniale source d’aliénations des êtres, des corps et des esprits. Henri Hiro était également un homme engagé, un militant de la première heure pour la protection et la préservation de l’environnement et de la nature.

Au fond, lorsqu’on prend le recul nécessaire en dépit de l’épaisseur du temps qui nous sépare de son œuvre, je dirais qu’Henri Hiro, tel le poète qui chante le monde, était un visionnaire. (…) Ce que je retiens d’Henri HIRO, d’abord et avant tout, ce que je retiens de celui qui n’hésitait à braver le conservatisme hypocrite de la société à laquelle il appartenait c’est qu’il était PROFONDEMENT, d’ABORD et avant tout MA’OHI. (…) Je voulais ce soir soumettre à votre intime réflexion, les mots d’Henri Hiro, si chers à mon cœur. (…) “Si tu étais venu chez nous, nous t’aurions accueilli à bras ouverts. Mais tu es venu ici chez toi, et on ne sait comment t’accueillir chez toi.””

(Extraits du discours d’Eliane Tevahitua)