Justice – Des “travaux d’intérêt éducatif” annoncés pour les moins de 16 ans

"Je ne me résoudrai pas à ce qu'on préfère attendre avant de donner une lourde peine, alors que bien souvent, c'est très tôt qu'il aurait fallu agir", a estimé le chef du gouvernement. (Photo AFP)
Temps de lecture : 2 min.

Le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé mardi la mise en place de “travaux d’intérêt éducatif” pour les mineurs délinquants de moins de 16 ans, une mesure proche des peines d’intérêt général qui soulève des interrogations, notamment juridiques.

“Je ne me résoudrai pas à ce qu’on préfère attendre avant de donner une lourde peine, alors que bien souvent, c’est très tôt qu’il aurait fallu agir”, a estimé le chef du gouvernement lors de sa déclaration de politique générale devant les députés.

Gabriel Attal a appelé à “revenir à un principe clair: +tu casses, tu répares; tu salis, tu nettoies; tu défies l’autorité, on t’apprend à la respecter+”.

Contacté par l’AFP, le ministère de la Justice n’était pas en mesure de donner des précisions dans l’immédiat sur cette annonce qui a suscité des questions chez des magistrats ou avocats investis dans la justice des mineurs.

“Le fondement de l’interdiction du travail d’intérêt général (TIG) avant 16 ans est l’interdiction de travailler avant 16 ans”, a souligné auprès de l’AFP Alice Grunewald, juge des enfants à Saint-Étienne et présidente de l’Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille.

La magistrate estime en outre qu’il existe déjà “plusieurs façons de mettre les jeunes sur des activités dites éducatives”, notamment dans le cadre des modules “de stages ou de réparation” où les mineurs peuvent être amenés à “aider une association sur plusieurs jours ou participer à des chantiers éducatifs”.

La mesure peut toutefois s’avérer “intéressante” pour les jeunes entre 13 et 16 ans, considère Aurélien Martini, vice-président de l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire). Selon lui, les TIG sont “souvent plébiscités” pour les mineurs de 16 à 18 ans car ils revêtent “une dimension de resociabilisation, d’entrée sur le marché du travail et de sanction: ça oblige à se lever le matin et à avoir un rythme, ce que certains ont perdu”.

“Effet d’annonce”

Dominique Attias, avocate spécialisée dans la défense des mineurs, considère de son côté que “les éducateurs sont déjà confrontés à la difficulté, dans le cadre des TIG pour les 16-18 ans, à trouver des entreprises qui acceptent de les prendre”. Elle estime qu’il s’agit d’un “effet d’annonce”.

Dans la foulée des émeutes du début de l’été dernier, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti avait évoqué à plusieurs reprises la volonté de son gouvernement de punir les jeunes auteurs de dégradations comme leurs parents “défaillants”.

En octobre dernier, la Première ministre Élisabeth Borne avait notamment indiqué vouloir corriger la “démission” de certains parents devant la “dérive” de leurs enfants en instituant des peines de travaux d’intérêt général à ceux “qui se soustraient à leurs devoirs éducatifs”.

La cheffe du gouvernement avait également marqué sa volonté d’être plus sévère avec les jeunes délinquants, notamment en les faisant encadrer par des militaires.

La mort le 27 juin dernier du jeune Nahel, 17 ans, tué par un policier après un refus d’obtempérer, a provoqué dans toute la France une semaine d’émeutes, marquées par des violences, des destructions et des pillages, les plus violentes dans le pays depuis 2005.

Au total, 1.180 mineurs avaient été identifiés par la justice comme auteurs d’infractions lors des émeutes, avait indiqué la Chancellerie. Parmi eux, 40% étaient âgés de 13 à 15 ans, en écrasante majorité des garçons (96%).

AFP