Salon Te Here – Succombez aux tablettes de chocolat de Virginie

Virginie a fondé son entreprise Bora Chocolat en 2022. Elle est présente au salon de la Saint-Valentin, Te Here, jusqu'au mercredi 14 février, de 8 heures à 17 heures. (Photo : LC/LDT)
Temps de lecture : 2 min.

À l’occasion de la Saint-Valentin, le salon Te Here (l’amour) a ouvert ses portes ce vendredi 9 février, dans le hall de l’Assemblée de la Polynésie française, à Papeete. Colliers, sacs à main en paeore, parures en nacre, bijoux en perles, robes… le choix est multiple et le public a jusqu’au mercredi 14 février pour trouver le cadeau idéal pour son ou sa partenaire. Une vingtaine d’artisans exposent leur savoir-faire, dont Virginie de Paea qui confectionne des tablettes de chocolat. Nous l’avons rencontrée alors qu’elle mettait ses palettes de cacao à fondre. 

Un chocolat “de bonne qualité” avec “différentes intensités”

Virginie confectionne des tablettes de chocolat pour son entourage depuis dix ans. Néanmoins, c’est seulement en 2022 qu’elle décide de créer son entreprise, Bora Chocolat, alors qu’elle est observatrice de baleines sur l’île de Bora Bora. “Je ne voulais plus acheter de chocolat industriel mais fabriquer le mien de manière bio. J’ai voulu avoir un travail qui soit moins lié au tourisme et plus en lien avec les locaux. Cette entreprise est l’occasion de faire découvrir du chocolat de bonne qualité avec différentes intensités“, précise-t-elle.

Les tablettes de chocolat que propose Virginie se distinguent par leur teneur en cacao : les clients ont le choix entre du 51%, 64 % et 74 %. L’idée est de personnaliser sa tablette de chocolat en fonction de ses goûts et de ses envies. “Chaque personne peut choisir les garnitures qu’elle veut. Et puis c’est moi qui prépare la tablette de leur rêve“, précise Virginie. Pour cela, la chocolatière offre notamment le choix entre des noix de pécan, des amandes, du coco râpé, des oranges confites et pour les plus téméraires, du gingembre confit. À son stand, elle propose également de la nougatine au sésame et aux cacahuètes, spécialement préparée pour le Nouvel an chinois.

(Photos : LC/LDT)

“Une question d’anticipation”

Virginie ne “transforme pas le cacao“. Elle se le procure chez un particulier sous forme de petites palettes qu’elle met à fondre. Elle verse ensuite la préparation obtenue dans des moules. Bien qu’elle souhaite produire du chocolat “local“, le coût est décisif et l’artisane reste attentive à ses dépenses. Interrogée sur les difficultés liées à son activité, l’artisane indique que la chaleur est sa principale inquiétude car “les tablettes sont fines et délicates, elle fondent rapidement“. Pour cela, elle propose des bouteilles congelées pour les clients ayant de la “route à faire“.

Concernant ses condiments, Virginie utilise la technique du stockage. “Il faut tout de même de la place pour entreposer les garnitures afin d’éviter des ruptures de stock, car en Polynésie, les stocks se vident facilement. C’est une question d’anticipation“, explique-t-elle. Toutefois, Virginie aime cette nouvelle vie de micro-entrepreneuse, avec ses challenges et ses bénéfices. Ceux qui le désirent peuvent commander leur tablette à son stand, sur sa page Facebook (Bora Chocolat), ou par téléphone au 87 36 13 69, et ensuite venir la récupérer au salon trois heures plus tard. En temps normal, le même processus de commande s’applique. Les habitants des îles peuvent également se procurer du chocolat que Virginie expédie en fret. “Le client aura juste à payer la livraison“, conclut-elle. 

(Photos : LC/LDT)

Informations pratiques :

Salon Te Here

  • Du vendredi 9 au mercredi 14 février
  • Dans le hall de l’assemblée de la Polynésie française, à Papeete
  • Ouvert de 8 heures à 17 heures