Le gouvernement déclare l’état de calamité naturelle et interdit les loisirs nautiques

La vallée de Hamuta a été inondée tôt ce lundi matin (Photo : SB/LDT)
Temps de lecture : 2 min.

Le Conseil des ministres s’est réuni ce mercredi.

En raison de la formation de la dépression tropicale Nat, la Polynésie française est en état d’alerte depuis le 6 février dernier. Les écoles ont été fermées les mercredi 7 et jeudi 8 février. Aux Tuamotu-Gambier, les îles de Arutua, Fakarava, Hereheretue, Makemo et Fakahina ont quant à elles été touchées par des vagues de 2 à 3 mètres ce vendredi 9 février.

De fortes intempéries se sont abattues sur la plupart des îles de l’archipel de la Société, en
particulier ce week-end, 10 et 11 février. Ce phénomène météorologique exceptionnel a occasionné de nombreux dégâts, en particulier sur les biens, les habitations et les ouvrages publics situés aux abords des rivières, qui sont toujours en crue ce jour 12 février. Une vigilance orange est encore en cours.

Par conséquent, le Conseil, a pris un arrêté constatant l’état de calamité naturelle des sinistres
occasionnés par les intempéries des 10, 11 et 12 février 2024, pour l’ensemble de l’archipel de
la Société, ainsi que celui des Tuamotu-Gambier et des Australes.


En raison du phénomène météorologique exceptionnel qui intéresse actuellement les Îles du Vent (Tahiti, Tetiaroa, Moorea, Maiao) et les Îles Sous-le-Vent (Huahine, Raiatea, Tahaa, Bora Bora, Maupiti, Tupai, Motu One, Manuae, Maupihaa), et afin d’assurer la sécurité des usagers de la mer et des biens, le gouvernement de la Polynésie française a décidé d’interdire temporairement toutes les activités nautiques et subaquatiques, de baignade, et de circulation maritime dans le cadre de la pratique des activités de loisirs nautiques.

Pour l’ensemble des îles concernées, ces dispositions prennent effet à compter de ce lundi 12 février à 10 heures jusqu’au mercredi 14 février à 10 heures.

Les navires déjà en mer sont autorisés à traverser les eaux intérieures suivant les recommandations de la direction polynésienne des affaires maritimes ou de l’autorité portuaire pour leur approche d’un port ou d’une zone de mouillage.

Selon l’évolution des conditions météorologiques, et notamment d’un affaiblissement rapide, et afin de ne pas pénaliser outre mesure les usagers de la mer, ces interdictions pourront être levées de manière anticipée. Il est demandé à chacun de respecter ces interdictions afin de ne pas prendre de risque personnel ou d’en générer pour les équipes de secours qui pourraient être mobilisées en cas d’intervention en mer.

Il est rappelé que la plus grande prudence doit être de mise et qu’il convient de ne pas s’approcher des rivages ou des cours d’eau pendant cet épisode de fortes pluies. Il est vivement recommandé de se tenir informé régulièrement des bulletins météorologiques et des communiques dédiés.

(Extraits du Conseil des ministres)