Une classe de terminale du lycée Paul Éluard de Saint-Denis en voyage d’études au fenua

Les seize élèves et les quatre professeurs qui participent au voyage, en présence de la députée Mereana Reid-Arbelot. (Photo : Jean-Pierre Aurieres)
Temps de lecture : 2 min.

Ils sont seize élèves de terminale et quatre professeurs du lycée Paul Éluard de Saint-Denis à participer à un voyage d’études sur le territoire. Jusqu’au 2 mars, le groupe part à la rencontre des élèves polynésiens et à la découverte de la Polynésie française et de son histoire. “Ce ne sont pas des vacances, nous ne faisons pas du tourisme. Ce sont des voyages d’apprentissage, de découverte et de travail“, indique Jean-Pierre Aurières, professeur d’histoire-géographie en charge de l’organisation du séjour.

Durant trois semaines, les élèves et leur professeur vont explorer certaines îles du fenua, notamment les Marquises, Rangiroa et Moorea. Ils vont échanger avec les membres de la communauté marquisienne, les scientifiques du Centre de recherches insulaires et Observatoire de l’environnement (Criobe), Eric Spitz, le Haut-commissaire de la République en Polynésie française et Moetai Brotherson, le président du Pays. Enfin, ils visiteront les installations olympiques situées à Teahupo’o. “Les élèves ne se rendent pas compte du côté exceptionnel de ce voyage“, se réjouit Jean-Pierre.

Comprendre les problématiques liées au territoire visité

Ce voyage a pour but d’aborder certaines problématiques concernant le fenua, notamment “l’impact des essais nucléaires, le changement climatique avec ses conséquences, les évolutions politiques du territoire et la rencontre avec le peuple marquisien“, précise le professeur. En effet, ce projet représente “des milliers d’heures d’éducation civique“. Les élèves sont acteurs de leur voyage et “en situation de reportage“. De cette manière, “ils apprennent à comprendre d’autres manières de vivre et à développer une plus grande ouverture aux différentes sociétés“. À ce sujet, le professeur a notamment observé “des effets bénéfiques à court terme et aussi à plus long terme“.

(Photos : Jean-Pierre Aurieres)

Ce n’est pas la première fois que Jean-Pierre utilise cette “méthode éducative“. L’enseignant organise des “voyages d’études autour du monde” depuis 2007. L’an dernier, c’était en Équateur, au niveau de la forêt amazonienne, et aux îles Galapagos qu’il s’était rendu avec une poignée d’élèves. “Chaque destination est en réponse à la thématique de l’année“, dit-il. L’exploration qui l’a le plus “bouleversé“, remonte à 2015, précisément en Nouvelle-Calédonie au sein de la tribu Tendo, à Hienghene et à Ouvéa. “Ces moments de partage avec les populations kanaks ont été fortifiants. Ils ont mis l’accent sur l’immersion au cœur d’autres cultures“, ajoute-t-il. Concernant l’aventure polynésienne, Jean-Pierre espère que “chaque élève pourra s’enrichir personnellement et ouvrir son esprit sur les différentes communautés du monde“, conclut-il.

(Photos : Jean-Pierre Aurieres)