Mort de l’opposant russe Alexeï Navalny : un rassemblement mardi à Papeete

Alexeï Navalny est mort en prison (Photo de Filippo MONTEFORTE / AFP)
Temps de lecture : 3 min.

Alex Petrov, coordinateur de la communauté russo-ukrainienne en Polynésie, organise un rassemblement en hommage à Alexeï Navalny, décédé, vendredi 16 février, dans une prison russe en Sibérie.

Les participants sont conviés place Tarahoi, à Papeete, devant l’Assemblée de Polynésie, de 9 heures à midi. “Nous préparons des portraits d’ Alexeï Navalny et des fleurs mais aussi des pancartes pour expliquer combien cette personne était importante” souligne Alex Petrov.

“Alexeï Navalny était une très belle personne. Il a été très très courageux. Il a dénoncé la corruption et les systèmes de répression en Russie. Il a réalisé des choses que l’on pensait impossible, il a mené des investigations poussées sur des hauts fonctionnaires russes et comment ces gens volaient des millions de dollars de budget. Il a sorti de l’ombre les fortunes, les villas, les méga-yachts… Il était devenu un ennemi personnel de Vladimir Poutine, qui n’a d’ailleurs jamais prononcé son nom. Il l’appelait “cette personne”” raconte Alex Petrov.

“Il a juste été tué” 

Il poursuit : “Navalny a survécu a un empoisonnement en 2020, il est resté dans le coma mais, sous la pression de la communauté mondiale, il a été transporté en Allemagne et a été soigné. Poutine pensait que Navalny resterait en Allemagne mais Navalny n’imaginait pas son avenir en dehors de la Russie. Il se voyait comme un politicien russe et voulait le changement pour son pays.”

Navalny a été arrêté en 2021 et emprisonné. La prison dans laquelle il était depuis deux mois, surnommée “Loup polaire”, est un établissement au sein duquel les conditions de détention sont les plus rudes et qui sont d’ordinaire réservés aux condamnés à perpétuité et aux détenus les plus dangereux.

“Et, il y a trois jours, il a été juste tué” s’indigne Alex Petrov qui selon ses sources, évoque un nouvel empoisonnement. “On ne saura peut-être jamais la cause réelle de sa mort mais nous savons qu’elle a été orchestrée et qu’un groupe est très organisé pour tuer les activistes en Russie et dans le monde entier” ajoute t-il.

“Perte d’un grand espoir”

“Cet événement signifie la perte d’un grand espoir pour de nombreux Russes. Il était celui qui pouvait changer les choses. Bien sûr, le message de sa femme, Ioulia Navalnaïa, qui dit qu’elle va reprendre le combat de son mari, est fort. On espère que les Russes vont la soutenir.”

Alors, qui peut stopper Vladimir Poutine ? Pour Alex Petrov, seules les élites de Russie peuvent l’arrêter, celles qui ont tout perdu à cause de la guerre, leur maison “à Londres, à Paris, à Rome, à Washington. La majorité d’entre elles ne sont plus les bienvenues à l’étranger et ne peuvent plus quitter la Russie. Des millions de dollars ont été gelés sur des comptes européens.” Sans compter, les milliers de morts russes depuis le déclenchement de la guerre il y a deux ans.

Le second espoir viendrait d’une victoire de l’Ukraine. “Si elle gagne, la tyrannie va tomber… l’Occident doit soutenir l’Ukraine” assure Alex Petrov. Il redoute, comme de nombreux observateurs ( NDRL : sans que le Kremlin ne l’ait jamais énoncé clairement) que la Russie s’attaque ensuite à la Lituanie, la Lettonie ou encore la Pologne. 

Alex Petrov prévoit un nouveau rassemblement le 24 février à l’occasion des deux ans de guerre entre la Russie et l’Ukraine. 

La veuve de Navalny promet de poursuivre le combat et agitation diplomatique

La veuve d’Alexeï Navalny, Ioulia Navalnaïa, a promis de continuer la lutte contre Vladimir Poutine menée par son mari et appelé ses partisans à la rejoindre, trois jours après le décès en prison de l’opposant dans des conditions obscures.

Par ailleurs, elle a fait lundi une brève allocution et été longuement applaudie, selon un diplomate européen, lors d’une réunion à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Poutine devra “rendre des comptes”, a affirmé sur X le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à l’issue de cette rencontre, tandis que le président américain Joe Biden a dit “envisager” des sanctions supplémentaires contre Moscou.

“L’Union européenne doit agir contre l’oppression politique en Russie”, a affirmé Stockholm qui a convoqué l’ambassadeur russe en Suède.

La France, l’Espagne, l’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark ont également annoncé lundi avoir convoqué, pour le même motif, l’ambassadeur russe dans leurs pays.

La justice russe a condamné ce week-end à des peines de prison au moins 150 personnes arrêtées au cours d’hommages à l’opposant Alexeï Navalny, pour avoir violé la stricte législation encadrant les manifestations, selon des données des tribunaux dimanche.

AFP