Action de l’État en mer – 430 opérations de sauvetage et d’assistance en 2023

Les 430 opérations de sauvetage et d'assistance coordonnées par le JRCC Tahiti a permis de sauver 281 personnes en 2023. (Photo : FAPF)
Temps de lecture : 2 min.

Le Haut-commissariat de Polynésie française a présenté, ce mercredi 21 février, le bilan 2023 de l’action de l’État en mer. Cette organisation administrative et opérationnelle de l’État désigne l’ensemble des opérations maritimes civiles menées par l’État. En Polynésie française, le haut-commissaire de la République est le délégué du gouvernement français pour l’action de l’État en Mer (DDG-AEM). L’action de l’État en mer protège notamment l’environnement marin et les ressources marines, sauve les personnes et assiste les navires en difficulté. 

Ce bilan de l’année 2023 relate le travail fourni par les services au sein de notre espace maritime. Les 430 opérations de sauvetage et d’assistance du JRCC et les 1176 heures de mer dédiées à la surveillance des activités de pêche illégale en 2023 en sont une bonne illustration. L’année fut notamment marquée par l’assistance remorquage de la goélette Saint-Xavier Maris Stella III par le remorqueur de la Marine nationale Maroa à la suite d’une avarie de propulsion aux Tuamotu“, indique, dans un communiqué, Eric Spitz, haut-commissaire de la République. 

Opérations d’assistance, de recherche et de sauvetage

Des opérations d’assistance, de recherche et de sauvetage ont été réalisées. Au mois d’octobre 2023, deux pêcheurs ont été hélitreuillés sains et saufs par le Dauphin depuis leur embarcation. Ces derniers ont déclenché la balise de détresse du poti marara et ont pris contact avec le JRCC (Centre de sauvetage aéromaritime), alors que le navire subissait une voie d’eau. En août 2023, le JRCC a coordonné une opération de recherche d’un pêcheur polynésien à Rangiroa. Plusieurs moyens ont été déployés : le Gardian des forces armées de Polynésie française (FAPF), trois navires de pêche et un navire de commerce dérouté pour l’occasion. L’intensité des recherches n’a malheureusement pas permis de le retrouver. 

Missions de surveillance des pêches maritimes

Dans son communiqué, le Haut-commissariat indique que “21 navires de pêche étrangers ont été contrôlés” : 18 en haute-mer hors zone exclusive économique (ZEE) – dont sept par le patrouilleur Arago et 11 par le BSAOM Bougainville– et trois à quai par le service des affaires maritimes. 258 navires de pêche étrangers ont été survolés et interrogés par les Falcon Gardian des FAPF aux abords et dans la ZEE polynésienne pour affirmer la présence de l’Etat côtier. En mai 2023, trois navires mexicains ont par ailleurs été interrogés dans la ZEE autour de l’île de Clipperton lors du passage de la mission “Jeanne d’Arc”, navire de formation des officiers-élèves de la Marine nationale. Aucun navire de pêche étranger n’a été surpris dans l’illégalité depuis 2007 dans les eaux polynésiennes.

Missions d’assistance aux navires en difficulté

En mars 2023, le JRCC Tahiti a reçu un message du Saint-Xavier Maris Stella III, goélette en charge de la desserte des îles dans l’archipel des Tuamotu, se signalant en avarie de propulsion. Compte-tenu du danger occasionné par la dérive, pouvant mener à un échouement au cœur de la réserve de biosphère de Fakarava, l’armateur du navire a été mis en demeure de faire cesser le danger par le Haut-commissaire de la République. Par mesure de précaution, le commandant de zone maritime proposait le concours du remorqueur portuaire et côtier Maroa afin d’assurer au besoin un remorquage d’urgence. Le RPC Maroa a ainsi pu tracter la goélette jusqu’à Papeete, sous la surveillance du JRCC, en toute sécurité.