Huit ans après, le Pays programme une nouvelle enquête anonyme sur la santé en milieu scolaire

L’enquête GSHS 2024 a pour objectif principal de mieux comprendre les comportements et les facteurs contribuant à la santé des jeunes scolarisés. (Photo archives ACL/LDT)
Temps de lecture : 2 min.

Les ministères de la Santé et de l’Education du gouvernement Brotherson informent qu’ils vont à nouveau collaborer en 2024 pour réaliser une vaste enquête sur la santé en milieu scolaire en Polynésie française, auprès d’un échantillon d’élèves du second degré.

“Porté par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le modèle d’enquête GSHS (Global Student Health Survey) vise à collecter anonymement des données sur la santé des jeunes scolarisés de 13 à 17 ans afin de pouvoir les comparer au niveau mondial et d’orienter les politiques internationales et locales de santé publique à destination de la jeunesse” explique le Pays dans un communiqué commun de la Direction de la santé et de la DGEE. “En Polynésie française, grâce au concours de la Direction Générale de l’Enseignement et de l’Education (DGEE) et des directeurs d’établissements, 3906 élèves de 32 collèges et lycées, du public et du privé de tout le territoire, ont été sélectionnés pour y participer”.

Comme lors de la dernière grande enquête de ce type, réalisée en 2016, l’enquête GSHS 2024 a pour objectif principal de mieux comprendre les comportements et les facteurs contribuant à la santé des jeunes scolarisés.

Ainsi du 26 février au 28 mars 2024, les jeunes de 169 classes de la 5ème à la 1ère seront invités, durant une heure de cours classique, à répondre à un questionnaire totalement anonyme de 45 questions.

Focalisée sur les facteurs et comportements influençant leur santé, l’enquête vise à “fournir des données cruciales pour établir des priorités et élaborer les programmes et les ressources
en santé scolaire, ainsi que les politiques de santé spécifiquement dédiés aux jeunes.”

Les domaines explorés par cette enquête incluent l’alimentation, l’activité physique, l’hygiène, le bien-être mental, les actes de violences, les relations amoureuses, la consommation d’alcool, de tabac et de drogues ainsi que les actes de violences involontaires.

Les résultats de cette enquête, coordonnée par le bureau d’études et d’évaluation des programmes en santé de la Direction de la santé avec le support du Département de la vie des élèves, des écoles et des établissements de la DGEE, “permettront non seulement de comparer les différentes prévalences des déterminants en santé chez les jeunes à l’échelle internationale et communautaire du Pacifique, mais également d’établir des tendances au fil des années”.