CyberFenua : un forum de la cybersécurité ouvert à tous à la chambre de commerce

Cybersécurité
Temps de lecture : 3 min.

Le premier forum polynésien de la cybersécurité se tiendra à partir de ce mercredi 28 février et jusqu’au vendredi 1er mars, dans les locaux de la Chambre de commerce, d’industrie, de services et des métiers (CCISM), à Papeete.

L’évènement, baptisé CyberFenua 2024, gratuit et ouvert à tous, se veut un lieu d’échanges, de partages d’expériences, de questionnements et de réponses sur les enjeux et les défis liés à la cybersécurité en Polynésie, dans une société hyperconnectée.

Les risques dits “cyber”peuvent être des vols de données ou encore des atteintes aux systèmes informatiques, intentionnelles ou non.

  • Au programme : des ateliers, des conférences et des opportunités d’échanges avec des experts du numérique et de la cybersécurité pour mieux appréhender les dangers cyber qui pèsent au quotidien sur les entreprises, les collectivités territoriales, mais aussi les particuliers au sein de la cellule familiale. 
  • Parmi les thématiques abordées : le projet de cybersécurité dans le cadre des Jeux Olympiques 2024, le panorama et les enjeux du risque cyber en outre-mer et en Polynésie française, la réglementation européenne NIS 2, le télétravail et la cybersécurité, les tendances actuelles des arnaques sur internet, les bonnes pratiques cyber, comment se protéger du cyber harcèlement ou encore les formations et carrières du numérique. 

L’évènement est amené à s’inscrire dans la durée puisqu’il sera organisé tous les ans.

Ateliers de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI)

Des ateliers seront proposés sur les dispositifs de l’ANSSI tels que le diagnostic en ligne MonAideCyber pour les PME et les collectivités territoriales, les bonnes pratiques en matière de cybersécurité, les labels de confiance cyber de l’ANSSI et de cybermalveillance.gouv.fr, la campagne DemainSpécialisteCyber sur l’attractivité des métiers de la cybersécurité. 

Moïse Moyal, le Délégué à la sécurité numérique pour les outre-mer de l’ANSSI fera le déplacement en Polynésie française à l’occasion de ce forum. (Photo ANSSI)

Souveraineté numérique et “hub digital”

Le Pays, engagé dans le virage du numérique, compte sur la construction à venir très prochainement de 5 nouveaux câbles océaniques haut-débit installés par Google, pour faire de la Polynésie française un acteur incontournable dans le domaine, tout en en sauvegardant sa souveraineté numérique. 

L’organisation de ce forum coïncide par ailleurs avec le nouveau Plan de développement de l’économie numérique de la Polynésie française qui a pour ambition d’augmenter le poids de celle-ci dans les ressources propres du Pays en le rendant davantage attractif. L’idée est de susciter un changement de paradigme en créant une filière de développement de l’économie numérique digne de ce nom. De faire de la Polynésie française un véritable hub digital dans le Pacifique Sud. 

Formation et professionnalisation des jeunes polynésiens

À titre d’exemple, le Produit Intérieur Brut (PIB) du numérique sur l’île Maurice est aujourd’hui équivalent à celui de son secteur touristique. 

Ledit plan, décliné sur 10 à 20 ans, s’appuie sur des axes divers et variés, notamment l’accompagnement des entreprises locales, mais aussi et surtout la formation et la professionnalisation des jeunes polynésiens aux métiers du numérique. 

Il est ainsi proposé de les accompagner du primaire jusqu’aux cycles supérieurs qui pourraient voir le jour au sein de l’Université de la Polynésie française ou encore du Centre National des Métiers d’Art de la Polynésie française. L’implantation d’une école d’ingénieurs en informatique par Google en relation avec le Massachusetts Institute of Technology (MIT) est également attendue au fenua, de même que plusieurs datacenters centralisant les données, grâce à un récent partenariat avec le géant de l’Internet américain. 

Attirer les grandes entreprises internationales

Ces avancées permettront aussi d’accroître l’attractivité de la Polynésie française pour les grandes entreprises internationales en profitant notamment de sa situation géographique, sur le principe du “follow the sun”. Les 12 heures de décalage horaire avec la métropole représentent en effet un atout considérable pour le fenua. 

Il est ainsi proposé à ces grandes sociétés de s’implanter localement en créant des filiales, avec de nombreuses créations d’emplois à la clé. 

Réduire la fracture numérique

Le Plan de développement de l’économie numérique vise aussi à développer davantage la e-administration pour faciliter les démarches des citoyens et des professionnels en dématérialisant de nombreuses procédures habituellement complexes et chronophages. En outre, une réflexion est en cours pour travailler sur l’impact du numérique sur la société polynésienne et ses valeurs, incluant des mesures pour lutter contre la fracture numérique, la fracture intergénérationnelle et la sensibilisation au numérique, permettant à la fois de rassurer la population sur les avantages du numérique et de l’aider dans ses démarches administratives. 

Enfin, pour regrouper l’ensemble des indicateurs des différents axes du Plan, et ainsi obtenir une idée claire de la situation à tout moment, la création d’un Observatoire du Numérique est prévue.

Les organisateurs du forum 

CyberFenua est organisé conjointement par la Présidence du Pays au travers de la Direction générale de l’économie numérique (DGEN), le Haut-Commissariat de la République en Polynésie française, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), en partenariat avec Cybermalveillance.gouv.fr, le Club de la Sécurité de l’Information Région Tahiti (CLUSIR) et l’Organisation des Professionnels de l’Economie Numérique de Polynésie française (OPEN).